CAN 2022 : le Ghana au tapis, la Guinée et le Gabon qualifiés, le Sénégal déçoit encore... Ce qu'il faut retenir des rencontres de mardi

Battus par les Comores mardi, les Ghanéens sont éliminés dès le premier tour de cette CAN.

Article rédigé par
Elio Bono - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le joueur du Ghana André Ayew, lors du match de son équipe contre les Comores, le 18 janvier 2022, durant la phase de poules de la CAN au Cameroun. (DANIEL BELOUMOU OLOMO / AFP)

Deux nouveaux qualifiés pour les huitièmes de finale : le Gabon et la Guinée rejoignent le tour principal, mardi 18 janvier. Le Cap-Vert et le Malawi y sont presque, tandis que le Ghana est passé à la trappe dès la phase de poules. Le Sénégal, de son côté, est bien qualifié mais a encore déçu. Franceinfo sport fait le point sur les enseignements de la journée.

Le Ghana, premier cador à la trappe

Les Black Stars sont tombés de très haut mardi. Déjà dos au mur avec un nul et une défaite, et donc dans l'obligation de battre les Comores, le Ghana a concédé une nouvelle défaite (2-3). La présence de joueurs confirmés comme Amartey, Partey, Sulemana ou les frères Ayew n'y a rien changé : avec un petit point, les Ghanéens font leurs bagages dès le premier tour. Quadruple vainqueur de la CAN, le Ghana n'avait plus été éliminé à ce stade depuis 2006.

Une désillusion somme toute logique : surpris dès le début du match, les Black Stars ont perdu leur capitaine André Ayew, expulsé à la 25e pour un mauvais geste. Ils pensaient être revenus dans la partie (buts de Boakye et Djiku), mais une ultime réalisation de Mogni a précipité l'élimination ghanéenne. Pour les Comores, il s'agit d'un exploit : l'équipe remporte sa toute première victoire à la CAN. Troisièmes avec trois points, les Comores peuvent même espérer se qualifier pour les huitièmes de finale. 

Le Sénégal, c'est grave docteur ?

Les Lions de la Teranga sont décidément à la peine en ce début de CAN. Finalistes de la dernière édition, les Sénégalais ont concédé un nul piteux contre le Malawi (0-0). Ce résultat décevant s'ajoute aux prestations très moyennes lors des deux premiers matchs. Malgré une armada à faire trembler le continent (Edouard Mendy, Sadio Mané, Idrissa Gana Gueye, Kalidou Koulibaly), le Sénégal n'a inscrit qu'un tout petit but durant cette phase de poules, un penalty de Sadio Mané dans les arrêts de jeu contre le Zimbabwe.

Reste qu'avec cinq points, ce Sénégal minimaliste a terminé en tête de son groupe. Alors oui, l'hypothèse d'une montée en puissance au fil de la compétition est évidemment plausible. Mais le contenu inquiète, et les hommes d'Aliou Cissé ne pourront pas se contenter de ce niveau lors des matchs à élimination directe.

Le Gabon et la Guinée au rendez-vous des huitièmes, le Malawi et le Cap-Vert en attente

Touché par plusieurs cas de Covid-19, dont ses deux stars, Pierre-Emerick Aubameyang et Mario Lemina, le Gabon a obtenu sa qualification en tenant en échec le Maroc (2-2). Les Panthères ont même mené à deux reprises, mais ont finalement craqué sur un superbe coup franc d'Achraf Hakimi. Résultat des courses, ce nul arrange tout le monde : les Marocains finissent en tête du groupe C ; les Gabonais, deuxièmes, se qualifient en huitièmes. Ils affronteront le Burkina Faso, la seule affiche officiellement connue jusqu'à présent.

Il en va de même pour la Guinée, malgré sa défaite contre le Zimbabwe (2-1) dans le groupe B. A la différence de buts, les Guinéens arrachent la deuxième place, derrière le Sénégal. Les Malawiens, avec quatre points, entretiennent un sérieux espoir d'être repêchés en tant que meilleurs troisièmes.

Ils devraient être fixés mercredi : si la Guinée-Bissau ne bat pas le Nigeria, le Malawi sera officiellement en huitièmes, tout comme le Cap-Vert, 3e du groupe A et dans une situation analogue. Cela risque en revanche d'être trop juste pour les Comores, troisièmes du groupe C avec trois points et une différence de buts négative.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers CAN 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.