CAN 2022 : avec des stars inoffensives, l’Algérie ne pouvait pas espérer mieux

L’Algérie n’a inscrit qu’un seul but dans la compétition et a cruellement manqué d’efficacité lors de ses trois matchs en phase de groupes. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Même la star et capitaine des Fennecs, Riyad Mahrez, n'a pas pu éviter la déroute de l'Algérie, éliminée à l'issue de la phase de poules de la CAN, jeudi 20 janvier 2022. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Il aura fallu attendre le dernier quart d’heure de jeu de la troisième rencontre de la phase de groupes pour voir l’Algérie marquer un but dans cette CAN 2022. Une réalisation de Sofiane Bendebka, face à la Côte d'Ivoire, qui est venu sauver l’honneur des Fennecs, dont la possession était jusque-là stérile dans la compétition. Les stars algériennes, notamment dans le secteur offensif, ne sont pas parvenues à trouver le chemin des filets. 

Quarante-trois frappes pour un seul petit but. Cette statistique famélique explique en grande partie l’élimination des Fennecs de la Coupe d’Afrique des nations 2022. Les hommes de Djamel Belmadi, invaincus depuis octobre 2018, s’avançaient avec le statut de favoris dans la compétition, mais se sont cassés les dents face aux cages adverses. 

0 pointé face à la Sierra Leone et à la Guinée équatoriale

Dès leur entrée dans le tournoi, contre la Sierra Leone, les Algériens ont été écoeurés par la réussite du gardien Mohamed Kamara, auteur du match de sa vie pour repousser quelques unes des 19 frappes algériennes. Pour leur deuxième rencontre, face à la Guinée équatoriale, Djamel Belmadi avait fait le choix de changer son attaquant de pointe, en remplaçant Islam Slimani par Baghdad Bounedjah, sans plus de succès sur les 13 tentatives des Verts. 

Derrière eux, les autres attaquants des Fennecs ne se sont pas montrés plus en vue dans la compétition. Sofiane Feghouli a notamment été transparent face à la Guinée équatoriale alors que les ailiers Youcef Belaïli et Riyad Mahrez ont tenté quelques percées en solitaires qui ont rarement abouti. La réussite a complètement fui l’attaquant de Manchester City, même sur penalty, où il a trouvé le poteau face à la Côte d’Ivoire. 

À l’issue de la rencontre, Djamel Belmadi montrait son incompréhension face à ce manque d’efficacité : "À partir du moment où on ne concrétise pas nos occasions comme depuis le début du tournoi, le doute s’est installé. Même sur penalty on a du mal à marquer. On ne s’est pas montré à la hauteur de la compétition". Ses hommes devront rapidement effacer ces doutes et se rassurer pour leur prochaine échéance, les barrages de la Coupe du monde 2022, pour lesquels ils connaîtront leur adversaire samedi 22 janvier. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers CAN 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.