CAN : le Maroc n'était pas prêt "sportivement" (Claude Le Roy)

Le tirage au sort de la Coupe d'Afrique des Nations se déroule ce mercredi en Guinée-Equatoriale, qui organise la compétition après le retrait du Maroc. Parmi les participants, le Congo de Claude Le Roy fait figure d'outsider.

(Claude Le Roy, le sélectionneur du Congo © MAXPPP)

Moins de deux semaines seulement après avoir accepté d’organiser l’édition 2015 de la Coupe d’Afrique des Nations et de pallier le retrait du Maroc, la Guinée-Equatoriale sera scrutée de près, ce mercredi, lors du tirage au sort de la compétition, à Malabo, à 19H. A 44 jours du match d’ouverture, la cérémonie devrait permettre d’en savoir plus sur les préparatifs. Ce pays de 28.000 km2 accueille la CAN pour la 2e fois, mais si en 2012, il s’agissait d’une organisation conjointe avec le Gabon, cette fois, le 3e producteur de pétrole de l’Afrique subsaharienne organise seul la compétition continentale. Le tirage proprement dit promet quelques surprises, avec la Guinée-Equatoriale, 119e au classement FIFA, placée comme tout pays organisateur dans le chapeau des têtes de série, aux côtés de vrais poids lourds comme le Ghana ou la Côte d’Ivoire, tandis que l’un des favoris, l’Algérie, figure dans le chapeau 2 et le Cameroun dans le chapeau 3. Dans le chapeau 4, aux côtés notamment du Sénégal et de la R.D.C. voisine, le Congo de Claude Le Roy fait figure d’outsider. L’entraîneur français, également consultant de France Info, s’apprête à disputer sa 8e Coupe d’Afrique, un record.

Claude Le Roy, la dernière qualification des diables rouges congolais c’était pour la CAN 2000, le Congo n’a participé qu’à 7 des 30 éditions, on peut parler d’un exploit ?

Oui, sortir le Nigeria, battre les Super Eagles pour la première fois depuis 40 ans chez eux, c’est une énorme performance. C’est un rêve extraordinaire pour nous tous, les joueurs, l’encadrement et les supporters qui nous ont réservé une fête magnifique à Brazzaville après notre qualification.

Vous, vous allez disputer votre huitième CAN. Que ressentez-vous ?

Un immense bonheur. On fait un métier qui donne le sourire aux gens. On a le sentiment d’avoir réussi quelque chose de chouette.

"On a joué intelligemment, n'en déplaise à Sagnol"

Quel bilan avez-vous fait des éliminatoires ?

On sait qu’on n’a pas de marge. Mentalement, il n’y a aucun problème. Mais tactiquement et physiquement, il faut qu’on soit à 100% par rapport aux autres équipes qui possèdent de fortes individualités. On est les seuls qualifiés  parmi les équipes qui figuraient au-delà des 100 premières places mondiales. Nous, il faut qu’on soit toujours au top. C’est une équipe très jeune. Figurez-vous que lors du match pour la qualification, nous avons aligné un gardien, Christopher Mafumbi, âgé de 20 ans qui joue en France en CFA (l’équivalent de la 4e division, ndlr) à l’Union Sportive du Pontet…D’ailleurs, il gagne 1000 euros par mois et son club vient de lui signifier qu’il était trop cher, qu’il devait se trouver un autre point de chute…Le foot, ce n’est pas que le bling-bling et la corruption. C’est donc une aventure magnifique de diriger une équipe comme la sélection du Congo.

Vous serez dans le 4e et dernier chapeau, vous ne serez pas protégés lors du tirage au sort, quels sont vos objectifs ?

Le classement se fait en grande partie sur les résultats des 3 dernières CAN et on n’a pas participé aux 7 dernières… Donc, on savait qu’on serait la moins bien classée des 16 équipes qualifiées. Mais à partir de maintenant, ce n'est que du bonus après l’exploit de la qualification dans un groupe où figuraient le Nigeria, l’Afrique du Sud et le Soudan. Notre objectif, c’était de se qualifier. Maintenant, on va bien se préparer et on va essayer de poser des problèmes à nos adversaires et de produire un football de qualité en jouant intelligemment. N’en déplaise à Sagnol…

"Le Maroc n'a pas voulu être dernier de la classe"

Etes-vous convaincu par les arguments du Maroc qui a invoqué le risque Ebola après avoir a pourtant accueilli les matchs de la Guinée pendant les éliminatoires et qui organise en décembre le Mondial des clubs ?

Non, je n’ai pas été convaincu. Je pense qu’il s’agit d’autres préoccupations, peut-être d’ordre géopolitique. Le Maroc était prêt structurellement mais pas sportivement. Je pense que par rapport aux qualités particulières de leurs voisins, ils n’ont pas voulu être les derniers de la classe. C’est ce qui a dû les inquiéter… (Certaines sources affirment que le Maroc aurait en fait redouté d’organiser une compétition que risque de remporter le rival et voisin algérien, ndlr)

Vous pensez que la Guinée-Equatoriale sera prête pour accueillir la CAN ?

Sportivement ?  Ils sont capables de donner un passeport équato-guinéen à une quinzaine de sud-américains… Sinon, pour les infrastructures, c’est un pays qui a de gros moyens, ils pourront donc organiser ça dans de bonnes conditions pour les stades et les terrains d’entraînement.