Cet article date de plus de six ans.

France–Allemagne: Les Bleus face à leur destin

L'équipe de France dispute son septième quart de finale de Coupe du monde face à son grand rival, l'Allemagne. Ces Bleus qui n'étaient même pas nés lors du fameux France-Allemagne du Mondial-1982, ont l'occasion rêvée de marquer leur propre génération par un exploit retentissant.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Benzema saute sur ses coéquipiers (FABRICE COFFRINI / AFP)

L'attentat de Schumacher sur Battiston, le troisième but de Giresse, l'égalisation de Fischer sur un ciseau, et le dernier pénalty de Hrubesch font partie de l'histoire du football. Et si cela restera une cicatrice pour le football français, il faut aussi savoir tourner la page pour mieux aborder le moment présent. 32 ans après Séville-1982, les Benzema, Valbuena, Matuidi, Pogba, et Sakho ont succédé aux Platini, Giresse, Tigana, Bossis et Trésor. Didier Deschamps le dit lui-même, "il y a une nouvelle page à écrire" ce soir.

Il est réaliste d'espérer 

Si le parcours des hommes de Didiers Deschamps s'arrête ce soir au Maracana, on ne pourra que saluer le parcours effectué, et l'image bien plus positive de cette équipe prometteuse pour l'Euro-2016 en France. L'objectif de faire partie des huit meilleures équipes du tournoi ayant déjà été rempli, on ne peut à présent qu'espérer un exploit. Mais si la Mannschaft partira bien avec l'étiquette de favorite, avec ces Bleus là, il est réaliste d'espérer.

Il faut remonter au 15 novembre 2013 et ce terrible match aller des barrages à Kiev face à l'Ukraine, pour trouver trace de la dernière défaite des Bleus (2-0). Le reste, ce ne sont pas moins de neuf matches sans défaite, sept victoires et deux nuls, 28 buts inscrits pour seulement trois encaissés. Depuis le match retour des barrages face à l'Ukraine (3-0), c'est aussi et surtout une nouvelle équipe, un esprit positif qui se dégage de cette sélection et ce n'est pas fait pour rassurer les Allemands.

Löw n'est pas tranquille 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.