Football : le Bayern champion, Manchester City et Liverpool toujours au top, le Betis vainqueur de la Coupe du Roi...Ce qu'il faut retenir du week-end européen

Les Bavarois se sont imposés, samedi, face au Borussia Dortmund pour assurer un nouveau sacre.

Article rédigé par
Maël Russeau - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Joshua Kimmich champion d'Allemagne, Gabriel Jesus auteur d'un quadruplé et Joaquin soulevant la Coupe du Roi, le 23 avril 2022. (MAXPPP/MAXPPP/AFP)

La fin de saison approchant, les matchs sont cruciaux danz toute l'Europe. Comme Paris, le Bayern a assuré son titre de champion avec une large avance. En Angleterre, la lutte acharnée pour le sacre continue entre Liverpool et Manchester City pendant qu'Arsenal a pris une option sur la quatrième place, qualificative pour la Ligue des champions. En Espagne, le Betis a remporté son premier titre majeur depuis 17 ans. Retour sur un week-end de football chargé.

Le Bayern champion pour la dixième année consécutive

Face au Borussia Dortmund, son dauphin, le Bayern Munich s'est assuré un nouveau titre de champion d'Allemagne, samedi, grâce à une victoire 3-1. Le 32e titre de l'histoire du club bavarois mais surtout le dixième consécutif, symbole d'une domination outrageuse du Bayern outre-Rhin.

Meilleure attaque (92 buts marqués en 31 matchs) et meilleure défense (30 buts encaissés), l'équipe de Julian Nagelsmann a, une nouvelle fois, dominé son championnat de la tête et des épaules. Symbole de l'hégémonie des Bavarois, Robert Lewandowski, encore buteur samedi, écrase le classement des meilleurs réalisateurs avec 33 buts inscrits. Une saison encore maîtrisée en championnat, mais décevante en Ligue des champions avec une élimination en quarts de finale face à Villarreal, laisse toutefois une impression mitigée aux supporters du Bayern.

Manchester City et Liverpool continuent leur course en tête

La lutte pour le titre en Premier League tient toutes ses promesses. Avec seulement un point d'écart entre Manchester City et Liverpool, rien n'est joué pour la victoire finale outre-Manche. Aucune contre-performance n'est donc permise pour les deux collectifs. Dans ce contexte, les Cityzens ont mis la pression aux Reds, samedi, en s'imposant 5-1 à Watford. Guidés par Gabriel Jesus, auteur d'un quadruplé, les joueurs de Pep Guardiola n'ont pas été inquiétés par les avant-derniers du championnat. 

Liverpool a bien répondu à ses rivaux en remportant le derby du Merseyside face à un Everton mal en point. Une victoire 2-0 grâce à des buts d'Andrew Robertson et Divock Origi. En recollant à Manchester City, les Reds enfoncent un peu plus les Toffees, désormais 18e et premier relégable. 

Le centième but de Cristiano Ronaldo n'aura pas suffi

Cinq jours après le drame familial qui l'a touché, Cristiano Ronaldo était de retour sur les pelouses anglaises à Arsenal pour une rencontre décisive pour la fin de saison. Le Portugais a été applaudi et soutenu à la septième minute par le public rival de l'Emirates Stadium. Comme un symbole, Ronaldo a inscrit le centième but de sa carrière en Premier League. Une réalisation qu'il a célébré très sobrement en levant un doigt vers le ciel. 

Malheureusement pour lui, ce sera le seul but des Red Devils, qui s'inclinent 3-1 face à des Gunners motivés et plus réalistes. Une victoire importante pour les joueurs de Mikel Arteta, trois jours après avoir déjà battu Chelsea (4-2). Arsenal bénéficie désormais d'une confortable avance sur Manchester United (six points) et un match de plus à jouer. Les coéquipiers d'Alexandre Lacazette sont donc quasiment assurés de finir dans le Top 5.

Une victoire d'autant plus cruciale que Tottenham a concédé le match nul contre Brentford (0-0). Arsenal se positionne donc seul en quatrième position, synonyme de dernière place qualificative pour la Ligue des champions. Les Gunners n'ont plus joué cette compétition depuis la saison 2016-2017.

Le Betis, roi d'Espagne

Il était plus de 00h30 dans la nuit sévillane, samedi, lorsque Juan Miranda s'est avancé pour tirer le penalty vainqueur pour le Betis. Opposés à Valence dans une finale de Coupe du Roi inédite, les Andalous s'offrent leur troisième titre dans cette compétition, dix-sept ans après le dernier. Une victoire célébrée chaleureusement avec leur public, nombreux à avoir fait le déplacement de huit kilomètres entre leur antre, le stade Benito-Villamarin, et le stade olympique de la Cartuja, lieu de la finale.

Dans un match plaisant, Sévillans et Valenciens se sont rendus coup pour coup, Hugo Duro répondant à Borja Iglesias en première période. Un score nul d'un but partout qui a tenu jusqu'aux tirs au but. Une séance qui a donc tourné en faveur du Betis, qui a su convertir ses cinq tentatives quand Valence a vu le penalty de Yunus Musah s'envoler au-dessus du but. Un sacre qui vient couronner une saison réussie. Le Betis pointe à la cinquième place en championnat.

Les deux Milan dominent Rome

Comme en Angleterre, la course au Scudetto fait rage en Italie. L’Inter compte deux points de retard sur son rival historique milanais mais doit jouer un match en retard à Bologne mercredi. Faciles vainqueurs de la Roma, samedi (3-1), les joueurs de Simone Inzaghi avaient les yeux rivés sur l’autre match entre les deux villes transalpines opposant les Rossoneri et la Lazio. 

Longtemps en difficulté, les Milanais se sont imposés dans les arrêts de jeu grâce à leur jeune milieu de terrain Sandro Tonali. Avant ça, Olivier Giroud, souvent buteur dans les grands matchs, avait égalisé après l'ouverture du score rapide de Ciro Immobile. Une victoire au forceps pour les joueurs de Stefano Pioli qui mettent la pression sur les Interistes. Ces derniers n'ont pas le droit à l'erreur à Bologne s'ils veulent reprendre la tête du championnat. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bayern Munich

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.