Ballon d’or 2023 : Aitana Bonmati, la nouvelle figure en or du football féminin

Après une saison exceptionnelle, la joueuse du FC Barcelone et de la Roja, nouveau visage du football féminin mondial, a été récompensée d'un Ballon d'or largement mérité.
Article rédigé par Maÿlice Lavorel, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
La lauréate du Ballon d'or 2023, Aitana Bonmati, lors de la cérémonie à Paris, le 30 octobre 2023. (FRANCK FIFE / AFP)

Cela ne pouvait être qu’elle. Grandissime favorite de la cérémonie, Aitana Bonmati s’est vu décerner le cinquième Ballon d’or de l’histoire du football féminin, lundi 30 octobre, à Paris. Sacrée pour la première fois, à 25 ans, l’Espagnole décroche la plus grande récompense individuelle de sa carrière, au terme d’une saison qui l’a projetée dans une nouvelle dimension.

L’annonce de son nom sur la scène du Théâtre du Châtelet n’a surpris personne, tant son sacre était annoncé. Cette saison, la native de Vilanova i la Geltru, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Barcelone, a tout gagné, à tous les niveaux, avec le FC Barcelone et la Roja espagnole. Championne d’Espagne après une campagne presque parfaite et 28 victoires, vainqueure de la Ligue des champions, elle a aussi participé à écrire l’histoire en décrochant le premier titre de championne du monde de l’histoire de l’Espagne, cet été, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Trophées collectifs et récompenses individuelles à la pelle

Pièce maîtresse du Barça et de la sélection espagnole, titulaire indiscutable au milieu de terrain, elle a joué un rôle incontournable dans la réussite de ses équipes. De quoi faire pleuvoir les récompenses individuelles : meilleure joueuse du Mondial, meilleure joueuse de la saison de Ligue des champions et joueuse UEFA de la saison 2022-2023.

Un palmarès long comme le bras, qui laissait peu de place au doute. Dans une récente interview à Copa90, les stars d’Arsenal Beth Mead (2e en 2022), Vivianne Miedema et Steph Catley l’avaient d’ailleurs tout de suite citée comme actuelle meilleure joueuse au monde.

Aitana Bonmati pose avec le trophée et sa médaille après la finale de la Coupe du monde, à Sydney, le 20 août 2023. (SIPA)

Élément majeur de ses équipes depuis plusieurs années, Aitana Bonmati a franchi un cap et explosé aux yeux du grand public cette saison. Au centre de toutes les attentions après la grave blessure d’Alexia Putellas et avec un rôle plus offensif au quotidien dans la tactique du Barça, elle a élevé son niveau de jeu pour répondre aux attentes.

"Elle est incroyable, c’est un génie. C’est le genre de joueuse très rare, avec un talent unique", reconnaissait sa capitaine en sélection et coéquipière en club, Irene Paredes, après le huitième de finale du Mondial contre la Suisse, peut-être son meilleur match de l’aventure océanienne. Son aisance au plus haut niveau n'a laissé personne indifférent. "Aitana a quelque chose en elle que personne d’autre n’a, elle est différente", s'était émerveillée la gardienne espagnole Cata Coll après ce même huitième de finale, alors que l'entraîneur de Manchester City Pep Guardiola, l'un de ses héros d'enfance, s'était proclamé "amoureux" de son jeu, et l'avait comparée à Andrés Iniesta.

Symbole global du football féminin

Leader en puissance sur le terrain, Aitana Bonmati est aussi une voix en dehors. Engagée parmi "Las 15", le groupe de joueuses qui avaient claqué la porte de la sélection pour réclamer des changements et de meilleures conditions, elle a publiquement défendu sa coéquipière Jenni Hermoso après l'affaire du baiser forcé impliquant l'ex-président de la fédération, Luis Rubiales, et plus largement soutenu toutes les femmes victimes de sexisme dans le monde. Une forte tête qu'elle assure avoir hérité de ses parents, qui se sont battus pour faire changer la loi espagnole afin de lui donner le nom de famille de sa mère, celui qui est rentré dans les cœurs de tous les supporters.

Ballon d’or tout neuf en main, Aitana Bonmati est aussi un symbole d'une nouvelle force en présence du football féminin. Pur produit du Barça, qu'elle a rejoint à 13 ans par la Masia et qu'elle n'a jamais quitté, elle succède à sa coéquipière Alexia Putellas, et apporte à son club et à sa sélection leur troisième Ballon d'or en cinq éditions. Elle mène un contigent de six Barcelonaises et de six Espagnoles parmi les nommées, soit la nation et l'équipe les plus représentées. Et à 25 ans seulement, elle devrait participer à continuer à faire briller la Catalogne et l'Espagne pour les saisons à venir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.