Ligue Europa : Lyon, Marseille, Monaco... Trois chances pour redorer le blason français sur la scène européenne

Les trois représentants français en Ligue Europa entrent en lice jeudi soir : Marseille chez le Lokomotiv Moscou (18h45), Lyon chez les Glasgow Rangers (21h) et Monaco à domicile contre le Sturm Graz (21h).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Aurélien Tchouameni (Monaco), Houssem Aouar (Lyon) et Mattéo Guendouzi (Marseille) entrent en lice en Ligue Europa le 15 septembre 2021. (AFP)

Pendant deux jours les yeux du football européen étaient rivés sur le retour de la grande soeur, cette "Coupe aux grandes oreilles". De la désillusion de Manchester United aux premiers pas du trio Lionel Messi-Neymar-Kylian Mbappé, la Ligue des champions a accaparé une grande partie de l'attention. Mais ce jeudi 16 septembre signe le retour de la Ligue Europa, moins de quatre mois après le sacre de Villarreal à Gdansk.

Après les rendez-vous manqués

Évidemment, le prestige n'est pas le même. Ce n'est pas un hasard si l'on passe directement de la C1 à la C3. Mais certains se sont fait une spécialité de la remporter, comme l'entraîneur Unai Emery (quatre fois entre 2014 et 2021, avec Sévile puis Villarreal). En France et plus particulièrement à Marseille, le parcours épique jusqu'à la finale perdue contre l'Atlético de Madrid en mai 2018 (0-3) a laissé une trace mémorable. 

Depuis, trois éditions de la Ligue Europa se sont déroulées et les représentants tricolores ont enchaîné les déceptions. La meilleure performance a été celle du Stade rennais en 2018-2019, éliminé par Arsenal en huitièmes de finale. Lors de la dernière saison, Reims a été sorti avant la phase de groupes, Nice a terminé dernier de son groupe avec cinq défaites en six matches et Lille s'est arrêté en seizièmes de finale.

Au total, seulement 13 points ont été glanés par les trois équipes à l'indice UEFA (un classement qui permet de hiérarchiser les championnats nationaux en Europe et ainsi de répartir les tickets en Coupes d'Europe). Un bilan catastrophique, surtout si on le compare avec l'Espagne, qui en a inscrit 51 avec le même nombre de représentants (Villarreal, Grenade, Real Sociedad). Sans surprise, le faible score français a fini par avoir des conséquences : la relégation du championnat tricolore au 6e rang européen, doublé par le Portugal fin août.

Regagner une place dans la hiérarchie européenne

Si la France ne récupère pas sa place historique au sein des fameux "cinq grands championnats européens" d'ici la fin de la saison, elle verra un de ses deux accès en Ligue Europa se transformer en place pour un tour préliminaire de Ligue Europa conférence (la nouvelle compétition en-dessous de la C3). L'orgueil de l'autoproclamée "Ligue des Talents" et ses ambitions grandissantes en prendraient un coup.

Souvent délaissée par des équipes déjà focalisées sur leurs objectifs nationaux, la Ligue Europa revêt une importance bien plus grande qu'elle ne le laisse penser. L'équipe qui la remporte se retrouve directement dans le chapeau n°1 de la prochaine Ligue des champions en plus de garnir son palmarès d'une Coupe d'Europe et de retombées financières conséquentes. Surtout, son championnat national joue sa place dans la hiérarchie européenne à travers elle.

Et contrairement à ce qu'on pourrait penser, faire un bon parcours en Ligue Europa ne rapporte pas nécessairement moins de points à l'indice UEFA qu'en C1. La saison passée, Arsenal - demi-finaliste en Ligue Europa - et Paris - demi-finaliste en C1 - ont en effet marqué le même nombre de points (24 chacun). Pour redorer son blason, le football français va pouvoir s'appuyer en C3 sur trois clubs qui ont atteint le dernier carré d'une Coupe d'Europe il y a moins de cinq ans (Monaco en C1 2016-2017, Lyon en C3 2016-2017 et Marseille en C3 2017-2018).

Lyon épargné au tirage, Marseille va devoir se battre

Trois clubs qui peuvent aussi se permettre de conjuguer leurs ambitions nationales et européennes grâce à un effectif assez garni pour enchaîner les matches, en tout cas plus que Nice et Lille l'an passé. Sur le papier, l'Olympique lyonnais semble être le plus gâté des trois au tirage. L'objectif sera de gratter une des deux premières places du groupe A aux côtés de Bröndby, du Sparta Prague et des Glasgow Rangers. Les Gones vont en revanche commencer par l'affiche la plus difficile et un déplacement chez les Écossais (21h).

C'est l'AS Monaco qui devrait s'offrir des débuts plus en douceur, à domicile contre les Autrichiens du Sturm Graz (21h). La suite sera a priori plus relevée avec des matches contre le PSV Eindhoven et la Real Sociedad, mais rien d'insurmontable. De son côté, l'OM devra se battre avec trois clubs ambitieux : Galatasaray, la Lazio Rome et le Lokomotiv Moscou, chez qui débute la campagne européenne, jeudi 15 septembre à 18h45.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers AS Monaco

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.