Braga-Monaco : les Monégasques en ballottage défavorable après leur défaite au Portugal en 8e de finale aller de la Ligue Europa

Après avoir concédé l'ouverture du score dès la troisième minute, Monaco n'a jamais été en mesure de l'emporter au Portugal, jeudi. 

Article rédigé par
Léo-Pol Platet - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Benoit Badiashile et Axel Disasi lors du huitième de finale aller d'Europa League, le 10 mars 2022, à Braga (Portugal).  (MIGUEL RIOPA / AFP)

La campagne européenne était censée mettre un peu de joie dans la fin de saison monégasque. Elle ne fait finalement que confirmer les difficultés récurrentes des joueurs du Rocher, trop irréguliers depuis le début de saison. Capables de s'imposer à l'Orange Vélodrome (0-1), puis de s'incliner sur la pelouse du 4e du Championnat portugais (2-0) quelques jours plus tard. Face à Braga, jeudi 10 mars, les coéquipiers de Wissam Ben Yedder ont trop souffert pour espérer rapporter mieux en Principauté. 

Fébrilité défensive

Mené au score dès la troisième minute après un modèle de cafouillage défensif, l'ASM a connu des premières minutes agitées. À la pression haute du bloc portugais, les joueurs de Philippe Clement n'ont répondu que par de la fébrilité et ont concédé bon nombre d'occasions dangereuses. D'une parade de Nübel à des poteaux salvateurs, Monaco a parfois semblé tenir sur un fil. 

Après trente minutes à défendre et à suer à grosses gouttes, les Monégasques emmenés par Gelson Martins – l’un des rares en mesure de se créer des occasions est enfin parvenu à pousser la défense portugaise dans ses retranchements. D’un petit ballon piqué du droit, ce dernier a même inscrit le but de l’égalisation. Refusé pour une position de hors-jeu. Il en fut de même quelques minutes plus tard avec une finition de la tête du capitaine Ben Yedder.

Passé ce sursaut d’orgueil, Monaco a continué de subir au retour des vestiaires. Jamais tranchants, ni dangereux, malgré une possession à leur avantage (62-38%) les Rouge et Blanc se sont parfois fait surprendre en contre. Au total, et malgré un déficit de possession, les Portugais ont plus tiré au but (15 tirs pour Braga, 9 pour Monaco), cadrant également mieux les frappes (6 tirs cadrés à 3). En toute fin de match, c'est le remplaçant Vitor Oliveira qui a doublé la mise pour permettre aux siens d'aborder le match retour avec un matelas d'avance plus confortable.

Un match retour sous tension

Désormais en position défavorable, Monaco jouera gros, jeudi 17 mars (18h45), pour le match retour. Obligés de marquer à minima à deux reprises, Philippe Clement et ses joueurs devront à coup sûr montrer un autre visage. Cet hiver, c'est notamment pour ses velléités à proposer un football offensif que l'entraîneur belge avait été recruté. Charge à lui maintenant de prouver que sa réputation n'était pas usurpée. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers AS Monaco

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.