"J'ai mal à ma France", Antoine Griezmann, Kylian Mbappé et d'autres sportifs prennent position contre les violences policières

L'attaquant de l'équipe de France et de Barcelone Antoine Griezmann a tweeté "J'ai mal à ma France" ce jeudi en référence à une vidéo diffusée par Loopsider qui évoque le passage à tabac d'un producteur de musique noir à Paris. Quelques minutes après, Kylian Mbappé a également posté un message très clair sur son compte débuté par "Vidéo insoutenable, violences inadmissibles" et conclu par "Stop au racisme".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP)

L'attaquant-vedette de l'équipe de France de football Antoine Griezmann a tweeté ce jeudi "J'ai mal à ma France", rejoignant l'émoi provoqué par le passage à tabac filmé d'un producteur de musique noir par des policiers à Paris. La vidéo d'environ neuf minutes diffusée par Loopsider dans la matinée est devenue virale sur les réseaux sociaux et principalement sur twitter.

Le tweet de Griezmann, qui mentionne le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, fait suite à ceux de son coéquipier en équipe de France et au FC Barcelone Samuel Umtiti et de l'international Espoirs Jules Koundé, tous deux montés au créneau après la diffusion virale par le média Loopsider de la vidéo de cette agression. Trois policiers ont été suspendus de leurs fonctions après la diffusion de la vidéo.

Peu après, c'est au tour de Kylian Mbappé de prendre position en postant sur twitter ce message : "Vidéo insoutenable. Violences inadmissibles. Ma France à moi, elle a des valeurs, des principes et des codes... Ma France à moi ne vit pas dans le mensonge. (...)" avant de conclure : "Stop au racisme".

Umtiti, champion du monde 2018 avec les Bleus, a également partagé la vidéo montrant un producteur appelé "Michel" roué de coups par des fonctionnaires de police dans l'entrée d'un studio de musique du XVIIe arrondissement de la capitale. Le défenseur du FC Barcelone ajoute ce commentaire : "L'être humain... est capable de faire des choses inhumaines!"

Koundé, international Espoirs évoluant au Séville FC après avoir débuté à Bordeaux, a également partagé la vidéo avec le commentaire: "Contre cette frange de policiers qui outrepasse grandement ses droits en tabassant, en tuant même parfois".

"Nos caméras sont nos meilleures armes!", poursuit Koundé, faisant référence au débat enflammé sur la proposition de loi "sécurité globale" qui prévoit entre autres de pénaliser la diffusion malveillante d'images de policiers et vivement combattue par des ONG et syndicats de journalistes.

Il partage également des tweets du rappeur Dosseh, dont un où l'artiste affirme : "Et c'est ce genre d'actes qu'ils veulent pouvoir camoufler en nous empêchant de filmer? JAMAIS, filmez autant que vous le pouvez ça sauvera des vies et ça nous/vous protègera de criminels, ils nous reste que ça face à cette frange de la police qui fait du taf de porc".

Un autre international français, Benjamin Mendy qui évolue à Manchester City, s'en est également ému sur twitter. 

Un peu plus tard, Evan Fournier, le basketteur international qui évolue à Orlando, a également pris position en déclarant sur son compter Twitter : "Combien de Michel sans vidéo de surveillance ? Sans caméra ? Sans voisin pour filmer ?" Un pavé de plus dans le jardin du gouvernement et de la loi dite de "sécurité globale" qu'il présente au Parlement.

La France est régulièrement secouée et divisée sur des affaires de violences commises par les forces de l'ordre, parfois mortelles, comme dans les cas de Cédric Chouviat, livreur mort étouffé après son interpellation en janvier 2020, ou d'Adama Traoré, mort en 2016 dans la foulée de son interpellation par des gendarmes.

Rarissime en France, cette mobilisation des joueurs fait écho à celle de sportifs en Amérique du Nord, notamment des basketteurs en NBA, qui se sont mobilisés contre le racisme et les violences policières aux Etats-Unis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Antoine Griezmann

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.