Allemagne – Algérie : match sous haute surveillance en France

Après les débordements de dimanche dernier en marge de la qualification des Fennecs pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde, le ministère de l'Intérieur et plusieurs villes ont décidé de multiplier les mesures de sécurité.

(Des policiers à Marseille après la qualification de l'Algérie pour les huitièmes de finale © Maxppp)

Le discours de la place Beauvau et des municipalités est sensiblement le même : il ne faut pas que "une minorité de casseurs et de voyous jettent le discrédit sur tout un ensemble de personnes", comme l'énonce Pierre-Henri Brandet, le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Des mesures ont donc été prises dans plusieurs villes françaises pour éviter les débordements de la semaine dernière avec ses nombreuses dégradations et 74 interpellations

A Marseille, un dispositif de 338 à 412 policiers et CRS va être déployé en fonction du score et "de l'évolution de la situation". Un "dispositif spécial" a également été mis en place à Strasbourg. Les villes de Paris, Grenoble ou encore Vaulx-en-Velin ont également demandé des renforts de policiers.

Pas de diffusion à Bordeaux, pas de drapeaux à Nice

A Lille, Maubeuge, Roubaix et Valenciennes, le sous-préfet Serge Boulanger a demandé de "rentrer les conteneurs à déchets de manière à ne pas donner les moyens de provoquer des incendies et d'abaisser les rideaux métalliques pour éviter des pillages" .  A Lyon, plus de 500 hommes, dont quatre unités mobiles seront mobilisés. C'est davantage que pour les derbys Lyon-Saint Etienne ou les soirées du Nouvel An. Et aux dires du Directeur Départemental de la Sécurité Publique, un tel dispositif n'a pas été déployé  "depuis les émeutes urbaines de 2010".  

Une demi-compagnie supplémentaire sera déployée à Bordeaux et les patrons de bars de la place de la Victoire ont annoncé qu'ils ne diffuseraient pas le match entre l'Algérie et l'Allemagne. Plus radical encore, le député-maire de Nice, Christian Estrosi, a publié un arrêt municipal dans lequel il interdit l'affiche de drapeaux étrangers de 18h à 4 heures du matin.