Cet article date de plus de huit ans.

Aidons Noël Le Graët à choisir le sélectionneur de l'équipe de France

FTVi dresse la liste des qualités et des défauts des possibles successeurs de Laurent Blanc.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Paul Le Guen, Didier Deschamps et Zinedine Zidane font partie des successeurs potentiels de Laurent Blanc au poste de sélectionneur de l'équipe de France. (ATTILA KISBENEDEK / FRANCK FIFE / AFP)

Didier Deschamps, Paul Le Guen… et maintenant Zizou ! L'Equipe annonce, jeudi 5 juillet, que l'ancien meneur de jeu des Bleus fait partie de la short-list du président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, pour remplacer Laurent Blanc au poste de sélectionneur. Pour faciliter la tâche de la fédé, qui doit bientôt rendre sa décision, FTVi a concocté des petites fiches qui listent les qualités et défauts des principaux prétendants.

Zinedine Zidane, l'homme providentiel

Ses atouts C'est un monstre de popularité. A l'heure où l'équipe de France est sous le feu des critiques pour n'avoir pas montré une attitude exemplaire lors de l'Euro, celui qui a terminé sa carrière internationale sur un coup de tête reste cramponné à la deuxième place du classement des personnalités préférées des Français. Un atout indéniable dans la reconquête de l'opinion.

Bien qu'il ne soit pas forcément un grand bavard, "ZZ" a aussi le sens de la tactique. Lors de la Coupe du monde de 2006, lors de laquelle la France est arrivée en finale, il occupait presque un rôle d'entraîneur parallèle, n'hésitant pas à remettre en cause les décisions de Raymond Domenech, comme le relatait à l'époque le Guardian (lien en anglais).

Le problème L'inexpérience. Zizou occupe certes le poste de directeur de l'équipe première du Real Madrid, mais son rôle est assez flou et il n'a jamais réellement entraîné. Pour pallier ce manque, l'ancien numéro 10 s'est inscrit l'an passé à une formation de manager général de club sportif dispensée par le centre de droit et d'économie du sport de Limoges.

Suffisant pour devenir sélectionneur ? L'intéressé laisse planer le doute. "Il y a dix ans, je ne voulais pas être entraîneur. Aujourd'hui, j'ai envie de me diriger vers ça. Donc on verra. Peut-être que dans dix ans, je serai sélectionneur de l'équipe de France. On ne sait pas", a-t-il avoué sur Canal+ le 1er juillet.

Didier Deschamps, le favori

Ses atouts L'expérience. Le palmarès d'entraîneur de l'ancien capitaine des Bleus n'est pas vilain, puisqu'il a remporté quatre Coupes de la Ligue (2003, 2010, 2011, 2012) et le trophée de champion de France en 2010 avec l'OM, est arrivé en finale de la Ligue des champions en 2004 avec Monaco, et a permis à la Juventus de Turin de revenir en Serie A en 2007.

"DD" est également une figure emblématique de l'équipe de France. Les derniers titres remportés par les Bleus l'ont été sous son capitanat, en 1998 et 2000, et il n'a jamais caché que le poste de sélectionneur l'intéressait.

Les problèmes Deschamps était donc intéressé par le poste, mais l'est-il vraiment aujourd'hui ? Contacté par Le Graët alors qu'il venait de quitter l'Olympique de Marseille, il a réclamé un délai de réflexion avant de commencer les négociations. En matière de motivation, on a vu mieux.

Par ailleurs, la carrière de Didier Deschamps est gérée par Jean-Pierre Bernès. Cet agent, qui s'occupe également des intérêts d'Alou Diarra, de Samir Nasri et de Laurent Blanc, n'est pas franchement apprécié par Noël Le Graët, comme le rappelle Le Figaro.

• Paul Le Guen, le troisième homme

Ses atouts Comme Deschamps, il peut s'enorgueillir d'un paquet de titres. Son principal fait d'armes reste ainsi d'avoir remporté trois titres de champion de France consécutifs avec l'Olympique lyonnais, entre 2003 et 2005.

Il dispose également d'une image sérieuse et d'une solide expérience à l'international. Il a ainsi été le coach des Glasgow Rangers, du Cameroun, et actuellement de la sélection du sultanat d'Oman. 

Le problème Si son palmarès en club est plus qu'honorable, son bilan en sélection est plus contrasté. Depuis qu'il est aux commandes de la sélection omanaise, il totalise trois victoires pour deux défaites et deux matchs nuls. Son style n'est par ailleurs pas vraiment flamboyant, puisqu'il a la réputation de privilégier la solidité défensive à une attaque virevoltante. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.