274 buts plus tard, David Trezeguet met un terme à sa carrière

L’ancien attaquant de l’équipe de France, David Trezeguet, va prendre sa retraite a annoncé le quotidien argentin Clarin. A 37 ans, il a joué son dernier match dans le championnat indien. David Trezeguet pourrait rejoindre l’encadrement de son ancien club, la Juventus de Turin.

(103éme minute, finale de l'euro 2000. David trezeguet vient de marquer le but en or et offre le titre à la France © REUTERS)

Quelques semaines après Thierry Henry, son coéquipier à Monaco et en équipe de France, David Trezeguet raccroche définitivement les crampons. La fin d’une carrière débutée en France, avec le maillot de Monaco, contre le Paris-Saint-Germain le 7 février 1996 au cours de laquelle il aura marqué 274 buts. Attaquant de surface, finisseur, invisible jusqu’à ce qu’il marque, David Trezeguet a connu la période faste du football français avec en point d’orgue la victoire lors de la Coupe du monde 1998. Une histoire qui aurait pu ne jamais avoir lieu. Franco-argentin, le "9" emblématique de la Juventus de Turin des années 2000 a grandi en Argentine et joué ses premiers matchs avec le CA Platense où il a été formé. Arrivé à Monaco en 1995 après un essai non concluant avec le PSG, il ne parle pas français et se lie d’amitié avec Thierry Henry. Il choisit de jouer pour l’équipe de France même s’il avoue se sentir argentin :  "La France m'a beaucoup donné, mais mon cœur a toujours été argentin et j'ai toujours beaucoup apprécié le football de ce pays et son équipe nationale. Cela dit, j'ai toujours donné le meilleur de moi-même pour la France, même contre l'Argentine. "

Une histoire contrastée avec l’Equipe de France

Les supporters français se souviendront longtemps de la finale de l’Euro 2000. Dans une prolongation étouffante, David Trezeguet expédiait une demi-volée du gauche dans le but de Francesco Toldo, le gardien italien. Ce but en or libérait l’équipe de France qui remportait le deuxième euro de son histoire.

Clin d’œil cruel du destin, c’est contre ces mêmes italiens qu’il manque son tir au but lors de la défaite en finale de la coupe du monde 2006. Malgré 71 sélections et 34 buts qui font de lui le troisième meilleur buteur de l’histoire des Bleus, sa relation avec la sélection en restera marquée à jamais. En conflit avec le sélectionneur de l’époque Raymond Domenech et en concurrence avec Thierry Henry, il ne renouvelle pas en équipe de France ses belles performances réalisées avec la "Vieille Dame" (171 buts marqués).

Une fin de carrière mouvementée

En 2010, devenu remplaçant, il quitte son cocon turinois et rallie l’Espagne à l’Hercules Alicante. Dans un club tout juste promu en Liga BBVA, il réalise une belle saison avec douze buts à la clef. Après une pige aux Emirats-Arabes Unis il retourne en Argentine et joue pour l’historique River Plate, alors descendu en deuxième division. Il marque 16 buts en 35 rencontres mais une grave blessure (rupture du tendon rotulien du genou gauche) met fin à son aventure. Il rempile ensuite en Indian Super League, en compagnie de Robert Pirès et d’anciennes gloires du football européen, au FC Pune City. A la 15éme minute, le 30 Octobre 2014, contre le Kerala Blasters, il marque d’une magnifique reprise de volée le dernier but de sa carrière. Il pourrait désormais rejoindre dans les prochains jours l’encadrement de la Juventus de Turin, qui lui aurait proposé un poste d’ambassadeur du club.

(©)