Fiona Ferro : Son parcours à Roland-Garros va lui "donner beaucoup de confiance pour la suite"

Après sa défaite face à Sofia Kenin, la tête de série numéro 4, Fiona Ferro est revenue sur son match et sur l'ensemble de son parcours à Roland-Garros. La Tricolore qui va devenir la numéro 1 française pense déjà à la suite et veut "revenir encore meilleure" afin de "soulever les plus grandes coupes".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Fiona Ferro après sa défaite face à Sofia Kenin, en huitième de finale, le 5 octobre.  (THOMAS SAMSON / AFP)

Après votre défaite face à Sofia Kenin, c'est la fin d'une belle série pour vous. Vous étiez à 18 victoires consécutives. Dans quel état d'esprit êtes-vous ? 
Fiona Ferro :
"Là tout de suite, je suis très déçue, même si c'est sûr que c'était une belle série. Après, ce n'était pas uniquement sur le circuit WTA. Sur le circuit WTA, j'ai eu 8 victoires d'affilée, je crois. Cela se termine aujourd'hui, c'était un beau tournoi. Mais comme à la fin de chaque Roland-Garros, j’aimerais que cela dure plus longtemps. On y prend vite goût, à ces ambiances sur le Central. C'est vraiment ce pourquoi je m'entraîne tous les jours. Je suis fière de mon attitude. Les circonstances n'étaient pas faciles pour moi. Deux-trois semaines avant Roland, je ne savais pas si j'allais jouer. Au final, j'ai quand même réussi à gagner trois matches. Je me sentais de mieux en mieux, alors j'espérais aller encore plus loin, mais je suis fière de la manière dont j'ai géré les choses, et du calme que j'ai réussi à garder."

Vous meniez dans le premier set, et puis Sofia Kenin a repris le dessus. Comment analysez-vous cette défaite ?
FF : "Au premier set, je pensais avoir vraiment les cartes en main, je jouais assez bien, j'avais l'impression d'avoir les solutions. Et ensuite (...) c'était plus compliqué dans les deux derniers sets. J'ai eu du mal à réagir (...) Elle prenait la balle plus tôt. Elle a élevé son niveau de jeu et moi j'ai eu du mal à élever le mien. Je n'ai pas eu énormément de préparation avant Roland-Garros, à cause de ma blessure, je n'ai eu qu'une semaine et demie raquette en main. Donc si j'avais eu un peu plus de temps, cela m'aurait peut-être aidé physiquement pour pouvoir encore en remettre un peu plus au troisième set. Là j'ai essayé, mais je n'avais pas vraiment les ressources nécessaires pour en faire plus."

Après Roland-Garros, c'est quoi la suite pour vous ? Est-ce que ce Roland-Garros a été un déclic ?
FF : 
"Je ne sais pas si c'est vraiment un déclic. C'est plus ma progression qui suit son cours. Après, cela va me donner beaucoup de confiance pour la suite. Mais malheureusement, on n'a plus beaucoup de tournoi. Avec la WTA, on a un seul tournoi, qui est à Ostrava (République tchèque), courant octobre. Je vais le jouer, mais après, jusqu'en Australie, on n'a pas vraiment de tournoi. Je vais en profiter pour continuer à m'entraîner, ce que je n'ai pas vraiment pu faire ces 6 ou 7 dernières semaines, et continuer à progresser pour être meilleure, pour arriver sur les matchs comme aujourd'hui, au deuxième et troisième set, à être encore meilleure, à en mettre encore plus."

Vous allez devenir la numéro 1 française. Qu'est-ce que cela signifie pour vous ? 
FF : "Je ne sais pas. Après, oui, c'est sûr que c'est bien d'être numéro 1 Française. Après, à tout moment, cela peut changer aussi. Il n'y a pas énormément d'écart entre les joueuses. On est 4 à être pratiquement au même classement. Je ne suis pas plus en concurrence avec les joueuses Françaises, que les autres joueuses. Avec Emmanuel (Planque, son entraîneur), on est dans une bonne dynamique, on ne se fixe pas vraiment de limites. On va continuer à tout faire pour essayer de soulever les plus grandes coupes. Mon objectif c'est vraiment de continuer à travailler, à évoluer, et à revenir le plus vite possible sur ce genre de court, et ce genre de match."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.