Du base-ball au skateboard, découvrez les cinq sports qui feront leur entrée aux JO de Tokyo, en 2020

Ces cinq sports avaient été soumis au CIO par le comité d'organisation des JO de Tokyo à l'issue d'une sélection qui a vu d'autres sports écartés, comme le squash, le bowling et le wushu, un art martial chinois.

Le skater américain Curren Caples, lors des X-Games, à Austin (Texas), le 7 juin 2014. 
Le skater américain Curren Caples, lors des X-Games, à Austin (Texas), le 7 juin 2014.  (EZRA SHAW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Les 85 membres du Comité international olympique, réunis en session à Rio, ont voté à l'unanimité. Mercredi 3 août, ils ont ajouté cinq nouveaux sports au programme des Jeux olympiques de Tokyo 2020. Ces disciplines représentent "une combinaison de sports déjà bien établis et d'autres émergents, bénéficiant d'une grande popularité au Japon et au-delà", explique le CIO dans un communiqué. Il s'agit à la fois de sports "d'équipe et individuels, pratiqués à l'extérieur ou en salle, et de sports 'urbains' offrant une forte capacité d'attraction auprès des jeunes", ajoute le comité.

L'inclusion de ces cinq sports entraînera l'ajout de 18 épreuves et de 474 athlètes, sans avoir de conséquences sur les sports déjà présents, souligne le CIO.

Francetv info vous détaille ces choix.

Le base-ball/softball

Devenus sports olympiques en 1982, le base-ball et son cousin le softball avaient été éliminés de la liste en 2008, à Pékin. Or, ils sont très populaires au Japon, le pays hôte des JO de 2020. La fédération avait ainsi vivement mené campagne pour leur réintégration. Selon les estimations des organisateurs des Jeux de Tokyo, le retour de cette double discipline rapporterait 50 millions de dollars (44,7 millions d'euros) supplémentaires uniquement en ventes de billets.

Le ministre japonais chargé des questions liées à l'organisation des JO avait ainsi annoncé en mars qu'il souhaitait pouvoir organiser certains matchs dans la préfecture de Fukushima, frappée en 2011 par un tsunami suivi d'une catastrophe nucléaire.

L'escalade 

Pour convaincre le CIO, l’escalade a fait prévaloir son image de sport nature, écologique et de plus en plus en vogue. Selon la fédération internationale, le nombre de pratiquants est passé de 25 millions en 2013 à 35 millions en 2015. Lors de l'annonce de la sélection de la discipline, fin septembre, la fédération s'était donc réjouie de ce "grand honneur", saluant une "fantastique opportunité et [une] reconnaissance dans le giron du mouvement olympique."  

Le karaté 

Le karaté est né sur l'île japonaise d'Okinawa. En toute logique, la discipline intègre donc les JO à l'occasion de leur organisation par le Japon. "Il ne peut y avoir de meilleur endroit pour débuter notre aventure olympique", a réagi le président de la fédération, cité par Reuters. L'agence précise par ailleurs que 80 karatékas s'affronteront lors de la compétition. 

Le skateboard 

L'intégration du skateboard à la liste des disciplines olympiques a fait polémique chez ses adeptes. En février, le site Ride se faisait même l'écho d'une pétition demandant "respectueusement" au comité olympique de ne pas reconnaître le skateboard et de se "mettre ses cinq anneaux où on pense", plaidaient les skaters. Interrogé à la télévision américaine, la star de la discipline Tony Hawk avait résumé la situation : "Pour être honnête, je pense que les Jeux olympiques ont plus besoin de nous que nous n'avons besoin d'eux. La popularité du skateboard est déjà très solide, et ce dans de nombreux pays", avait-il remarqué. Pour le CIO, il est en effet question d'attirer des téléspectateurs plus jeunes, comme l'avait fait le snowboard à l'occasion des JO d'hiver. 

"C'est un moment clé dans la modernisation du programme olympique", s'est félicité le président du CIO, Thomas Bach, en annonçant les cinq sports retenus pour Tokyo 2020.

Le surf 

Contrairement au skateboard, le surf a longtemps milité pour rejoindre le circuit olympique, rappelle au magazine Surfer le président de l'Association internationale de surf. En 2020, la compétition se déroulera à Chiba, une ville située au bord de l'océan à 45 minutes de train de Tokyo, et verra s'affronter vingt femmes et vingt hommes du monde entier, dont beaucoup de pays extérieurs au circuit traditionnel des championnats du monde.