Droits TV du foot français : les six dates qui ont précipité la crise

Mardi soir a donné lieu à un nouveau retournement de situation dans l'épineuse question des droits TV du football professionnel français. Après le fiasco Mediapro, Canal + a expliqué son intention de restituer la diffusion de ses deux matchs de Ligue 1. En cause selon la chaîne cryptée, une dégradation forte du produit ces derniers mois, qui doit donner lieu pour son patron, Maxime Saada, à un nouvel appel d'offres. Retour en six dates sur une crise sans précédent.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
 (FRANCK FIFE / AFP)

• 29 mai 2018 : Mediapro devient le diffuseur principal du football français

Le groupe sino-espagnol Mediapro remporte trois lots dans les enchères des droits TV organisées par la Ligue de Football Professionnelle (LFP). Il est donc convenu qu'il diffusera les matches du vendredi 21h, samedi 17h, dimanche 13h, le multiplex du dimanche à 15h et le match du dimanche à 21h, sur la période 2020-2024. En contrepartie, le diffuseur devra verser à la LFP 780 millions d’euros annuels pour la Ligue 1, et 34 millions d’euros pour la Ligue 2.

En additionnant les montants dûs par BeInSport, et Free pour des lots moins importants, les droits TV atteignent 1,153 milliards d’euros, un record, et une hausse de près de 60% par rapport au contrat précédent. Un "tournant" qui "confirme la dimension internationale du football français et la dimension globale de l’attractivité de notre sport", se félicitait la Ligue.

• 21 août 2020 : Téléfoot ouvre son antenne

Mediapro a conclu un partenariat avec TF1 pour la création de la chaîne Téléfoot, du nom de l’emblématique émission du dimanche matin. Et au-delà du nom de la marque, les deux groupes partagent leurs moyens de productions ainsi que leurs "talents", comme Grégoire Margotton et Bixente Lizarazu aux commentaires des matches. Téléfoot ouvre donc son antenne le 21 août 2020, pour la 1re journée de Ligue 1.

Seulement, avec un abonnement à 25,90€ par mois, la chaîne ne parvient pas à attirer les 3,5 millions d’abonnés espérés pour atteindre un équilibre financier. Selon L’Equipe, Téléfoot ne compte que 480 000 abonnés, dont 200 000 ont opté pour l’offre conjointe avec RMC Sport à la suite d’un accord avec SFR. Un accord qui permet à Mediapro de diffuser les coupes d’Europe sans rien devoir à SFR, qui en est le détenteur, mais en contrepartie, l’opérateur récupère l’intégralité des revenus liés aux abonnements à l’offre couplée RMC Sport-Téléfoot. Environ 40% des abonnés à Téléfoot ne rapportent donc rien à Mediapro.

• 5 octobre 2020 : Mediapro ne règle pas son échéance à la Ligue et veut "renégocier le prix"

Alors que la première échéance du 5 août avait été versée en temps et en heure par Mediapro à la Ligue, la seconde, d’un montant de 172,3 millions d’euros, n’a jamais atterri dans les caisses de la LFP. Dans le journal L’Equipe du 8 octobre, Jaume Roures, le patron du groupe, déclare: "Nous voulons rediscuter le contrat de cette saison", invoquant la crise sanitaire qui perturberait son activité. Selon L’Equipe toujours, Mediapro souhaiterait une ristourne de 170 à 200 millions d’euros cette saison, sur les plus de 800 millions d’euros que le groupe doit à la Ligue, une proposition refusée par la LFP. Par conséquent, Mediapro saisit le tribunal de commerce de Nanterre pour forcer la Ligue à négocier, dans le cadre d’une "conciliation".

• 5 décembre 2020 : une seconde échéance impayée

Comme en octobre, Mediapro ne verse pas son échéance de décembre, d’un montant de 152 millions d’euros, à la Ligue. L’instance se retrouve donc avec près de 350 000 d’euros impayés. En octobre, elle avait contracté un emprunt de 112 millions d’euros pour verser aux clubs leurs parts des droits TV et ne pas les mettre en difficulté financière.

• 11 décembre 2020 : la Ligue met fin au contrat

La Ligue décide de mettre fin au contrat la liant avec Mediapro. Le directeur général du groupe annonce la fermeture prochaine de la chaîne Téléfoot à ses salariés. Le calendrier précis n'a pas fuité. Après deux mois de conflit, c'est le fin du feuilleton entre les deux parties. La sortie du diffuseur sino-espagnol, défaillant, est validée par le tribunal de commerce de Nanterre le 22 décembre. La LFP, qui devrait probablement récupérer ses droits de diffusion d'ici février, cherche un autre diffuseur, solvable. Canal+ était, selon tous les observateurs, en pôle.

• 12 janvier 2021 : Canal+ restitue ses droits

Dans une interview publiée par le Figaro, le patron de Canal+, Maxime Saada, annonce contre toute attente que la chaîne cryptée va rendre à la LFP, dès le 5 février prochain, les deux matches de Ligue 1 du samedi 21 heures et du dimanche 17 heures. Selon lui, la Ligue 1 a perdu trop de valeur : "Nous sommes finalement arrivés à la conclusion côté Canal+ qu'il était dans l'intérêt pour toutes les parties prenantes de passer par un appel d'offres. Nous avons donc adressé un courrier à la LFP pour lui indiquer la restitution du lot 3 que BeIN Sports nous a sous-licencié", explique-t-il.

Avant de poursuivre : "La diffusion sur Téléfoot a fortement réduit l'exposition de la compétition. (…) Par ailleurs, l'arrivée de Mediapro a contribué à la croissance exponentielle du piratage. (…) La valeur de la Ligue 1 a également baissé pour Canal +". En attendant un nouvel appel d'offres, il dit vouloir proposer à la LFP une "solution technique universelle pour suivre les matches en pay per view (paiement au match)".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.