Cet article date de plus de quatre ans.

Dopage présumé des athlètes russes : "Tout n'est pas mis en œuvre pour arrêter ça" (Martin Fourcade)

Invité sur France Info à réagir aux révélations qui font état d'un dopage organisé pour les athlètes russes pendant les JO de Sotchi, le fondeur Martin Fourcade, a estimé que "tout n'est pas mis en oeuvre".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Martin Fourcade estime sur France Info que "tout n'est pas mis en oeuvre pour permettre d'arrêter" le dopage  © MaxPPP)

Après les révélations sur le dopage d'athlètes russes lors des Jeux olympiques à Sotchi, Martin Fourcade, champion olympique de biathlon a regretté vendredi sur France Info que "tout n'est pas mis en œuvre pour permettre d'arrêter ça". "Il ne faut pas se mentir, les choses n'ont pas été mis en place au préalable aux Jeux de Sotchi pour garantir que ces contrôles soient faits dans les meilleures conditions" , a-t-il ajouté.

Pour le champion français, il est étonnant de "laisser le contrôle des échantillons des Jeux Olympiques au pays organisateur. C'est pour moi un peu incohérent.". Martin Fourcade préconise "de réelles sanctions."  "Aujourd'hui quand un athlète se fait prendre, Il se fait arrêter deux ans et il revient comme si rien n'était. Sur des dopages lourds, c'est aberrant !" . Il trouve "dommage" que l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) "a zéro pouvoir de sanction" .

A LIRE AUSSI ►►►Bernard Amsalem : "Il faut que empêcher que les Russes partent aux JO de Rio" 

Pour autant, Martin Fourcade est contre l'interdiction des athlètes russes de toutes compétitions : "S'il y a un seul athlète russe qui mérite d'aller au Jeux olympiques et qui n'est pas lié à ce système, ça serait dommage d'empêcher sa participation" , a-t-il expliqué.

"Y a toujours eu des soupçons sur les athlètes russes mais pas forcément à Sotchi" Martin Fourcade, champion olympique de biathlon au micro France Info de Céline Bayt-Darcourt
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.