Cet article date de plus d'un an.

Disparition de Rober Herbin - Pierre Repellini : "Un joueur d'exception, un entraîneur novateur"

Trois titres de champion de France, une Coupe de France, une finale de la Coupe des Clubs Champions perdue, Pierre Repellini a connu la gloire sous la houlette de Robert Herbin à Saint-Etienne. La disparition du Sphinx, dont il était resté proche après avoir été son adjoint au Red Star, a beaucoup touché l'ancien défenseur.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Quelle est votre première réaction à la disparition de Robert Herbin ?
Pierre Repellini :
"Je suis très ému. C'est une lourde disparition. J'étais très proche de Robert Herbin, et je le voyais à chaque fois que je venais  Saint-Etienne. Je l'avais vu récemment. Je suis très touché."

Qu'est-ce qui vous a marqué le plus chez Robert Herbin ?
PR :
"C'est quelqu'un qui est arrivé avec des idées nouvelles, qui nous a permis de faire tout ce qu'on a réalisé par la suite. Il a surtout amené un changement au niveau des entraînements, avec des séances de physique pur, avec pratiquement pas de ballon, le mercredi. C'était très intense. Mais il a apporté par sa qualité footballistique, car avant d'être l'entraîneur il a été joueur de l'ASSE, dans une équipe mémorable avec Bosquier, Carnus, Keita... C'était un joueur d'exception. Ensuite, il a été l'entraîneur novateur.  Il était très proche des joueurs, et il n'avait pas besoin de beaucoup parler pour nous faire comprendre quel était notre intérêt, celui des joueurs et de l'équipe. On a adhéré à sa philosophie et on a fait ce bout de chemin ensemble."

Et quel bout de chemin, avec cette finale de la Coupe des Clubs Champions qui était un véritable exploit ?
PR :
"La finale de la Coupe des Clubs champions, c'était un super exploit car à cette époque là, le foot français était au creux de la vague, mais on a réalisé plein de choses. On a quand même remporté le championnat en gagnant tous nos matches à domicile, ce que personne n'a fait depuis."

Vous êtes resté proche de lui ?
PR :
"J'étais l'un de ceux qui étaient le plus proche de lui car, lorsque j'étais joueur, j'avais des facilités à être avec lui. Ca a continué après lorsque j'ai été son adjoint au Red Star. Je me faisais chambrer par les copains lorsque j'allais jouer au tennis avec lui. C'est quelque chose d'exceptionnel."

Vous avez perdu un ami, un père du football ?
PR :
"Oui tout à fait. Il m'a transmis beaucoup de choses (sa voix se casse avec l'émotion).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.