Tour de Lombardie : "C'est fou de terminer la saison comme ça", jubile Tadej Pogacar

À Bergame, le Slovène a remporté samedi son deuxième Monument du cyclisme, avec la manière. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Slovène Tadej Pogacar, vainqueur du Tour de Lombardie, encadré par Fausto Masnada (à gauche) et Adam Yates, samedi 9 octobre.  (MARCO BERTORELLO / AFP)

Tadej Pogacar savoure. À seulement 23 ans, le Slovène a remporté son deuxième Monument, avec une victoire sur le Tour de Lombardie, samedi 9 octobre. La conclusion d'une saison folle, après son succès sur Liège-Bastogne-Liège et une deuxième couronne sur le Tour de France. "Pour moi, chaque victoire est importante, celle-là est très spéciale, s'est réjoui Pogacar après la course au micro d'Eurosport. Disputer le Lombardie avec les meilleurs était un rêve, et aujourd'hui je gagne."  

"Après cette saison, c'est fou d'être encore là et de terminer la saison comme ça, a-t-il poursuivi. Je n'ai pas les mots." Le leader d'UAE Emirates est parti en solitaire à 35 kilomètres de l'arrivée, avant de voir Fausto Masnada (Deceuninck Quick-Step) le rejoindre. "Quand j'ai attaqué, je pensais avoir du monde dans la roue, a expliqué Pogacar. Mais la course a été très dure, certains n'ont pas pu suivre. Je savais que Masnada n'était pas forcément le meilleur sprinteur mais il était en train de revenir et il connaissait très bien la fin du parcours."

"Une belle course" pour Alaphilippe

Sixième sur la ligne d'arrivée, Julian Alaphilippe n'a pu qu'être spectateur de la lutte de son coéquipier avec Pogacar. "On était bien représentés jusque dans le final, a analysé le Français. La course était de plus en plus dur et à la fin c'était un peu sauve-qui-peut. Fausto (Masnada) s'est retrouvé devant, on ne savait pas trop ce que ça allait donner après ses efforts mais on a décidé de jouer sa carte à fond. Et deuxième derrière Pogacar, c'est très bien." 

Pas de quoi gâcher la fin de saison du Français, à nouveau sacré champion du monde fin septembre. "J'ai apprécié cette journée, c'était une belle course, a-t-il expliqué. Il me manquait peut-être un peu de confiance pour faire le jump, parce que les jambes étaient bien. Mais comme tous ceux dans le groupe, j'étais à la limite. Je ne savais pas si je pouvais suivre, Fausto l'a fait." Les cadors du peloton, dont la saison s'arrête ce samedi, ont sans doute déjà la tête à leurs quelques semaines de repos. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers UCI World Tour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.