Cet article date de plus de quatre ans.

Paris-Nice : La 7e étape à la loupe

A la veille de l'arrivée à Nice, Julian Alapilippe est toujours en jaune et compte toujours plus de trente secondes d'avance sur ses plus proches adversaires. Va-t-il craquer sur l'étape la plus difficile de cette 75e édition de Paris-Nice ?
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

►L'étape du jour : la Couillole, juge de paix

Il est très rare de voir des montées si dures sur le parcours de Paris-Nice. Le Col de la Couillole (plus haute arrivée dans l'histoire de la course), où sera jugée l'avant-dernière arrivée de ce Paris-Nice 2017, c'est quasiment 16 kilomètres d'ascension à plus de 7% de moyenne. Un véritable sacerdoce à ce moment-là de la saison. Très régulière, la pente n'offre pas de répit du pied jusqu'en haut puisque les pourcentages ne descendent pas en dessous des 6%. Depuis Nice, les coureurs auront aussi à grimper la Côte des Gattières (deuxième catégorie) puis le Col de Vence (première catégorie), un habitué de Paris-Nice et enfin le Col de Saint-Martin (première catégorie) dont la descente mènera vers le pied de l'ascension finale. De quoi faire bien mal aux jambes.

►Le profil 

►Les enjeux

Vendredi, la question, Julian Alaphilippe peut-il remporter Paris-Nice a reçu une partie de sa réponse. Sergio Henao a grignoté 19 secondes sur le maillot jaune qui a souffert. Peut-il alors tenir dans la haute montagne ? Rien n'est moins sûr. Surtout si les leaders décident d'attaquer de loin. Julian Alaphilippe est face au plus grand défi de sa jeune carrière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers UCI World Tour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.