Cet article date de plus de deux ans.

Covid-19 : Pas de cas positif confirmé sur l'UAE Tour mais une grande confusion

La situation est trouble autour de la quarantaine forcée sur l'UAE Tour, arrêté avant les deux dernières étapes pour une suspicion de contamination au coronavirus. La plupart des coureurs et des équipes vont pouvoir quitter les Emirats Arabes Unis selon plusieurs sources, alors qu'aucun contrôle n'a été reconnu comme positif au Covid-19. Mais l'incertitude demeure, notamment pour trois équipes, dont les Françaises Cofidis et Groupama-FDJ.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 

Depuis l'annonce des deux cas positifs, c'était le branle-bas de combat à Abu Dhabi. Armée à l'appui en bas du Crowne Plaza, les tests et les rumeurs allaient bon train. A en croire les réseaux sociaux, le nombre de personnes touchées a un temps augmenté jusqu'à ce que les premières infos d'un "non-événement" filtrent dans le milieu du vendredi après-midi.

C'est d'abord l'UCI qui a modifié son communiqué en passant de cas de coronavirus avérés à seulement "suspectés chez deux membres de l’encadrement de l’une des équipes en lice", la UAE-Team Emirates aux bases italiennes mais qui roulait sous les yeux de son sponsor. Un revirement que les différentes autorités sur place (gouvernement, organisation de la course) n'ont pas assumé. Au contraire, elles ont grossi le trait pour faire avaler aux équipes ce confinement forcé alors qu'il restait encore deux jours de course.

Signe de la parano ambiante, un document s'assurant de la confidentialité de la situation a même été présenté aux personnes confinées. Un confinement toutefois à géométrie variable puisque les coureurs ont plusieurs fois eu l'occasion de se mélanger lors des repas. "Parfois, on a le droit, parfois on n’a pas le droit (d’aller au restaurant). C’est assez bizarre et cela dépend des ordres du ministère de la santé local, de leur humeur, je n’en sais rien, a expliqué Stéphane Rossetto, le coureur de l’équipe Cofidis, à nos confrères de RMC. Parfois, on nous dit d’aller dans nos chambres et à d’autres moments on a le droit d’aller au petit-déjeuner ou au buffet pour les déjeuners et les dîners. Mais on n’a pas le droit de sortir de l’hôtel."

Au total, par mesure de précaution, ce sont plus de 500 personnes qui ont subi les tests du département de la santé d'Abu Dhabi depuis l'annulation des deux dernières étapes. Les 167 premiers ont été annoncés négatifs.

Ce samedi, la situation n'a toutefois pas gagné davantage en clarté. Les premières infos venant de coureurs et de journalistes présents sur place faisaient état d'un retour à la maison en vue pour les différents acteurs retenus aux Emirats. Alejandro Valverde a notamment annoncé sur son compte Twitter son "plaisir de rentrer chez soi après plusieurs jours passés à l'hôtel". Si aucune information officielle n'a été partagée, plusieurs journalistes sur place ont expliqué qu'une "attestation de négativité au coronavirus" serait délivrée dans les prochaines heures à condition d'un retour obligatoire dans le pays d'origine des personnes sur place.

Mais des ambulances ont continué à affluer jusqu'au Crowne Plaza et de nouveaux bruits de couloir ont circulé. Les journalistes italiens Stefano Rizzato de la RAI et Marco Bonarrigo ont ainsi annoncé que trois équipes avaient été placées en quarantaines sur place : les deux équipes françaises Cofidis et Groupama-FDJ et la Gazprom. Dans le même temps, plusieurs journalistes étrangers ont été pourtant autorisés à quitter le pays, alors qu'ils n'avaient pas reçus le résultat de leur test au coronavirus. Et que les coureurs que l'on a autorisé à se retrouver dans la journée vont passer la nuit à nouveau en confinement. Alors que la nuit est tombée sur Abu Dhabi, les informations devraient désormais tomber dans la matinée de dimanche. D'ici là, la confusion règne toujours.

Xavier Richard et Loris Belin

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers UCI World Tour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.