Cet article date de plus de deux ans.

Coronavirus : L'équipe cycliste Mitchelton-Scott annonce son retrait des compétitions jusqu'au 22 mars et va manquer Paris-Nice ou Milan-San Remo

Après la formation Mitchelton-Scott mercredi, l'équipe Astana a annoncé à son tour son retrait du peloton pour plusieurs semaines. L'équipe d'Adam Yates sera absente jusqu'au 22 mars prochain, celle de Jakob Fuglsang reviendra deux jours plus tôt. Ces deux formations, en plus d'Ineos, vont ainsi manquer Paris-Nice, les Strade Bianche, Tirreno-Adriatico ou encore Milan - San Remo.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.

Si l’épidémie de Covid-19 continue de menacer la plupart des épreuves cyclistes programmées lors du mois de mars, une chose est désormais actée : il n’y aura pas de coureurs de la Mitchelton-Scott, d'Ineos et d'Astana sur les routes lors des trois prochaines semaines. Dans un communiqué publié ce mercredi, l’équipe australienne a annoncé en premier qu’elle avait décidé de n’aligner aucune de ses équipes féminines et masculines au départ de la moindre course jusqu’au 22 mars inclus en raison de la pandémie de coronavirus.

L'équipe, "victorieuse" grâce à Adam Yates sur l'UAE Tour (arrêté à deux jours du terme en raison d'une suspicion de contamination au coronavirus), devait s'aligner sur huit courses : les Strade Bianche (hommes et femmes), le GP Industria (hommes), Paris-Nice (hommes), Tirreno-Adriatico (hommes), le Ronde van Drenthe (femmes), la Danilith Nokere Koerse (femmes), Milan-San Remo (hommes) et le Trofeo Alfredo Binda (femmes).

"En tant que médecins d'équipe et d’équipe au sens large, nous avons le devoir de veiller à la santé et au bien-être de nos coureurs et de notre staff", a indiqué Mitchelton-Scott, pointant le fait de n’avoir "aucun contrôle" sur les mesures mises en place ou non par les organisateurs des différentes courses. 

A la suite, la formation Ineos, endeuillée par le récent décès de son directeur sportif Nicolas Portal, annoncé qu'elle se retirait également, jusqu'au 23 mars prochain. Jeudi, c'est au tour d'Astana de suivre le mouvement et d'annoncer son retrait pour une date presque similaire, jusqu'au 20 mars prochain. "Nous avons encore une longue saison devant nous avec de nombreuses autres courses importantes. Ce n'est pas une décision facile mais nous devons protéger la famille cycliste ainsi que nos propres familles à la maison", a estimé le directeur de l'équipe kazakhe Alexandre Vinokourov.

Une décision lourde de sens pour ces équipes à exercer son droit de retrait sans tenir compte des dispositions gouvernementales des pays où auront lieu les épreuves à venir, et sans aucune décision préalable ou accord de l’Union Cycliste Internationale (UCI). Cette dernière a rapidement réagi, dans un communiqué publié dans la soirée de mercredi.

"Si les organisateurs sont tenus, sur décision des autorités, de refuser la participation de certaines équipes ou si des équipes se trouvent dans l'impossibilité de participer à une manifestation pour une raison valable, l'UCI devra en être informée", a indiqué l'instance, expliquant qu'elle prendrait les mesures nécessaires, au cas par cas, "pour garantir qu'aucune équipe ne soit pénalisée, financièrement ou lorsque ses résultats sportifs sont pris en compte, notamment lorsqu'il s'agit d'évaluer son UCI WorldTeam ou UCI. Statut ProTeam."

En effet, l’UCI prévoit dans son règlement officiel un panel de sanctions en cas d'absence "injustifiée" d’une équipe du World Tour au départ d’une compétition programmée sur ce même calendrier World Tour, qui peuvent aller d'une amende de 10 000 à 20 000 Francs Suisses jusqu'au retrait pur et simple de la licence World Tour selon le nombre de récidives.

Jumbo-Visma et Groupama-FDJ renoncent aux Strade Bianche

Le communiqué de l'UCI n'a pour autant pas empêché plusieurs équipes d'annoncer leur forfait pour les prochaines courses italiennes, dont la tenue reste encore incertaine. L'équipe Jumbo-Visma ne s'alignera ni sur les Strade Bianche ni sur le GP Industria ce week-end, une décision prise sur avis médical et sur recommandation du ministre des Affaires Etrangères néerlandais. "Il est probable que la même décision s'applique aux autres courses italiennes du mois de mars", précise-t-elle dans un communiqué, ajoutant également attendre les prochaines annonces du gouvernement italien.

De son côté, la Groupama-FDJ a annoncé ce mercredi soir qu'elle était de contrainte de renoncer à participer aux Strade Bianche, au GP de Larciano et à Tirreno-Adriatico, "faute d'effectifs suffisants." L'équipe française, qui participait la semaine passée à l'UAE Tour, fait partie des trois équipes (avec Cofidis et GazProm) à être placée en quarantaine à Abu Dhabi jusqu'au 14 mars.

Plus tôt dans la journée, Education First aurait, elle, envoyé un courrier à l'UCI ainsi qu'aux organisateurs des Strade Bianche, de Tirreno-Adriatico et de Milan-San Remo afin de ne pas prendre part aux trois grandes courses italiennes. Le Wall Street Journal, qui révèle l'information et qui a pu se procurer une copie de la lettre envoyée par l'équipe de Jonathan Vaughters, indique que cette dernière espère ainsi protéger la santé de ses coureurs sans risquer de sanction de la part de l'UCI. "Il est préférable de garder notre staff et nos coureurs en bonne santé, afin de s'assurer qu'ils ne transmettent pas le virus. Nous nous sentons responsables envers nos fans et les habitants des villes dans lesquelles nous nous rendons", écrit l'équipe américaine dans sa lettre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers UCI World Tour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.