Cet article date de plus de deux ans.

Amstel Gold Race : Van der Poel renversant, Alaphilippe quatrième

Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) allait tout droit vers une nouvelle victoire de prestige. Parti à 37 km de l'arrivée, il a été repris dans le dernier kilomètre après une trop longue période d'observation. Après avoir ramené le groupe des poursuivants, Mathieu van der Poel (Corendon-Circus) s'est imposé au terme d'un sprint rageur, chez lui. Il semblait battu dimanche, mais celui qui découvre les classiques à 24 ans n'en finit plus d'épater. Simon Clarke (Education First) et Jakob Fuglsang (Astana) complètent le podium, Alaphilippe termine 4e.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (DAVID STOCKMAN / BELGA MAG)

Mathieu van der Poel (Corendon-Circus) découvre les classiques cette saison et du haut de ses 24 ans, il avait la pancarte de favori sur l'Amstel Gold Race dimanche. Il a longtemps semblé battu après une vaine tentative d'attaque à 45 km mais le Néerlandais a ramené le groupe des poursuivants dans le dernier kilomètre en profitant du marquage entre Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) et Jakob Fuglsang (Astana) qui avaient course gagnée.

Au sprint, Van der Poel a fait parler la poudre pour couper la ligne avant Simon Clarke (Education First) et les deux battus du jour, succédant à son père Adrie au palmarès de la course. Sixième victoire cette saison pour le double champion du monde cyclo-cross, la deuxième en World Tour après A travers la Flandre. Ajoutez à cela deux 4e place sur le Tour des Flandres et sur Gand-Wevelgem. "J'ai du mal à comprendre encore ce qui s'est passé", a réagi le vainqueur du jour, qui est resté pendant quelques instants au sol après son effort total. Dans l'euphorie du public, qui attendait un succès d'un coureur néerlandais depuis 2001, il a tenté d'expliquer: "Il me restait encore de la force dans les jambes. On a roulé à bloc dans le groupe. J'espérais que, devant, ils (Alaphilippe et Fuglsang) se regardent. Mais c'est seulement à 300 mètres de la ligne que je me suis rendu compte que c'était possible de gagner".

Jolie deuxième place pour Simon Clarke (Education First). Alberto Bettiol était attendu (et même annoncé 2e à tort) mais c'est le puncheur australien qui a tiré son épingle du jeu. Julian Alaphilippe gardera un goût amer du final. Il s'est littéralement enterré avec Jakob Fuglsang. Le Danois, qui avait été largement battu au sprint sur les Strade Bianche dans la même configuration, a tenté de pousser le Français à rouler pour le diminuer en vue du sprint ou le surprendre en prenant l'aspiration. Le numéro 1 mondial n'a pas voulu entrer dans ce jeu et derrière, les poursuivants ont fait leur retour. Résultat : Fuglsang termine 3e et même pas de podium pour Alaphilippe.

Deux autres Français ont réussi à se glisser dans le Top 10. Le jeune puncheur Valentin Madouas (Groupama-FDJ) a coupé la ligne en 8e position, juste devant Romain Bardet (AG2R La Mondiale) qui se disait déjà "heureux de pouvoir prendre part" à l'épreuve.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers UCI World Tour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.