Tour de France : une journée de repos tant attendue

Après dix jours de courses intenses, les coureurs bénéficient enfin d'une journée de repos. Une journée pas évidente à gérer pour les organismes sous pression pendant plus d'une semaine.

(Le peloton, fatigué, bénéficie d'une journée de repos © MAXPPP)

a va faire du bien cette journée de repos, surtout que le soleil revient ", souffle Rudy Molard le coureur français de la Cofidis. Malade, souffrant d'une petite bronchite et placé sous antibiotiques depuis deux jours, il a déjà son programme en tête. Pour lui ce sera "une petite grasse matinée, un peu de vélo, une bonne sieste, un bon massage et quelques coups de fils aux proches. Mais ça passe vite une journée de repos ", explique le coureur.

Pas question, pourtant, de couper complètement. S'il faut impérativement se reposer "car les gars sont très fatigués physiquement et moralement ", explique Nicolas Portal le directeur sportif de l'équipe Sky, il faut toutefois continuer à entretenir le corps. Florence Pommery, médecin chef du Tour de France, raconte ainsi qu'il ne faut pas s'arrêter brutalement :

"Il faut qu'ils roulent doucement, il faut se dérouiller sinon quand ils vont reprendre, les crampes et les courbatures ca va être difficile. "

Une journée compliquée à gérer

"On va faire 1h 30 ou deux heures de vélo ", détaille Alain Gallopin. "Cela fait dix jours qu'ils font du vélo. Ils ont un rythme de course. Il faut presque conserver ce rythme. Il faut faire attention à ne pas perturber le cycle dans lequel tu es. C'est assez compliqué à gérer ", précise le directeur sportif de l'équipe Trek.

Compliquées à gérer aussi, les différents sollicitations auxquelles vont être confrontés les coureurs raconte Nicolas Portal : "On leur demande cinq minutes de leur temps, mais comme tout le monde a la même idée, cela fait beaucoup. Alors on essaye de les isoler et de leur donner une vraie journée normale. "

Il y aura quand même un peu de temps pour se vider la tête avec les proches et la famille. C'est en tout cas le bonheur de Thomas Voeckler très présent en tête de la course la veille.

Le chantier, ce sera pour mercredi donc avec une étape entre Besançon et Oyonnax. Le peloton entame sa descente vers les Alpes. Le retour de la montagne et des difficultés ce sera pour vendredi.