Cet article date de plus d'un an.

Tour de France : Marc Hirschi, l'heure de gloire d'un (futur) crack

Deuxième à Nice, troisième à Laruns, le Suisse Marc Hirschi, à force d'abnégation et de courage, a fini par lever les bras sur le Tour 2020 - le premier Grand Tour de sa carrière. Le Bernois de 22 ans a réalisé un superbe numéro ce jeudi lors de la 12e étape entre Chauvigny et Sarran pour s'imposer en solitaire. La confirmation de tout le talent du coureur de l'équipe Sunweb, étincelant depuis le départ de la Grande Boucle. Le champion du monde espoirs 2018 a déjà tout d'un grand.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
 (SEBASTIEN NOGIER / POOL)

On peut échouer une fois. On peut échouer deux fois. Mais on ne peut pas échouer trois fois. En tout cas, pas quand on s'appelle Marc Hirschi (Sunweb). Après avoir accroché jusqu'au bout Julian Alaphilippe (Deceuninck Quick-Step) à Nice lors de la deuxième étape, le Suisse nourrissait encore plus de regrets à l'issue de la 9e étape à Laruns. Parti dans un numéro en solitaire dans le col de la Hourcère, il était repris par le groupe de favoris à moins de deux kilomètres de l'arrivée avant de finir à la troisième place au sprint. 

Mais ce jeudi à Sarran le Bernois de 22 ans - fan de "Spartacus" Fabian Cancellara, devenu depuis son agent - n'a pas laissé passer l'opportunité. C'est en solitaire et en costaud qu'il est venu signer, un an et demi après son arrivée chez Sunweb, son premier succès sur le circuit professionnel. Sur un Grand Tour, s'il vous plaît.

"C'est incroyable, j'ai été proche de la victoire deux fois", expliquait-il à notre micro après l'arrivée. "Aujourd'hui j'avais un peu mal au dos, je n'ai pas bien dormi mais je me suis dit 'peu importe, je me lance, j'en fais abstraction'. Mais je n'imaginais pas aller au bout, j'avais encore en tête les étapes précédentes. Honnêtement je n'y ai jamais cru jusqu'au dernier kilomètre ! C'est incroyable... Ma première victoire en pro, sur le Tour... C'est un rêve d'être là. Je veux aussi remercier mes équipiers car c'est une victoire d'équipe que nous célébrons. J'ai suivi mon instinct, ce n'était pas le plan initialement prévu mais je suis content que ça ait marché."

Un futur maillot jaune du Tour qui se dessine

Dans son pays, en Suisse, cette victoire n'est perçue que comme une étape dans sa carrière au vu du talent du garçon. Champion du monde espoirs en 2018, c'est surtout sur son profil ultra-complet que tous les espoirs reposent. À l'aise en montagne, excellent descendeur et avec des qualités de rouleur indéniables, les portes semblent grandes ouvertes pour le Bernois dans un futur... déjà proche. En témoigne notamment sa troisième place sur la Classique San Sebastian en août 2019, six mois après ses débuts chez les pros.

"Est-ce que Marc remportera des classiques d’un jour, des courses à étapes d’une semaine ou le Tour de France ? Je ne sais pas. Mais il gagnera des courses", témoignait Fabian Cancellara dans les colonnes de nos confrères du TempsUlrich Kohler, directeur sportif de l’équipe de division continentale Akros-Excelsior-Thömus ayant travaillé avec les deux hommes lorsqu’ils étaient jeunes, va même plus loin : "Pouvoir se battre pour le maillot jaune dépend de beaucoup de choses, de l’équipe, du statut. Mais oui, je crois que ce sera possible pour lui."

Interrogé sur une possible victoire sur la Grande Boucle dans les prochaines années, Marc Hirschi ne s'est pas caché, même si l'heure était davantage à la célébration. "Gagner le Tour ? C'est aussi un rêve, mais il est difficile de prédire les choses. C'est ma première année sur le Tour, il y a beaucoup de cols et la course est longue donc je ne sais pas. C'est la première fois que je passe toutes ces bosses. Pour l'instant ce qui compte c'est d'avoir de bonnes bases, de me construire mais je ne me mets pas la pression en me fixant de tels objectifs. Jouer les étapes, ça me va très bien."

Super combatif du Tour pour sa première participation ?

Ce qui est certain, c'est que sur les routes du Tour depuis le début de cette édition 2020, on ne voit que lui ou presque. Élu combatif du jour à Laruns, il l'a été de nouveau ce jeudi à Sarran. Un pas de plus vers sa désignation en tant que, peut-être, super combatif du Tour ? L'hypothèse prend assurément de l'épaisseur. Un titre qui viendrait donner encore un peu plus d'ampleur à la première participation de ce coureur fantastique... qui pourrait bien refaire parler de lui d'ici à l'arrivée sur les Champs-Elysées à Paris.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.