Cet article date de plus de six ans.

L’espoir se transforme en cauchemar pour Romain Bardet

Annoncé parmi les favoris de cette 17e étape du Tour de France, disputée entre Digne-les-Bains et Pra Loup, Romain Bardet a finalement connu une « horrible journée » sur son vélo.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Romain Bardet (JEFF PACHOUD / AFP)

Les étapes se suivent et ne se ressemblent pas pour Romain Bardet. L’épreuve du jour était pourtant strictement identique à celle qu’il avait remportée sur le Dauphiné à la mi-juin. Bien moins en jambes, il a néanmoins limité les dégâts en franchissant la ligne en 36e position, à 10’10’’ du vainqueur à Pra Loup.

Assis de longues minutes à même le sol, le visage creusé par la fatigue, l’Auvergnat a mis un certain temps avant de retrouver ses esprits. Après quelques mots échangés avec son coéquipier Mikaël Cherel, il a bien voulu lâcher quelques mots. « Une journée horrible encore pour moi », a d’abord indiqué Romain Bardet. « J’étais en hypoglycémie au bout de 45 kilomètres, et j’ai fini au courage cette journée », a-t-il expliqué, le teint pâle.

"Vraiment au plus mal"

Regardant quelques-uns de ses coéquipiers en train de changer de vêtements, le natif de Brioude a souligné leur travail tout au long de ce calvaire. « Je veux tirer un grand coup de chapeau à mes coéquipiers qui m’ont soutenu. J’étais vraiment au plus mal aujourd’hui », a-t-il admis.

Pointant à la 11e place du général à 16’04’’ du leader, le coureur de 24 ans est conscient qu’il peut encore espérer obtenir un Top 10. Mais tout dépendra de sa capacité à retrouver son niveau. « C’est une journée de galère de passée », a convenu Bardet. « Je n’étais pas du tout dans le match, pas du tout content de mes jambes. Rien à voir avec ma forme d’il y a 48 heures. J’ai toujours eu du mal à gérer le lendemain d’une journée de repos », conclu-t-il, laissant espérer des jours meilleurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Romain Bardet

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.