Cyclisme : Christian Prudhomme plaide pour "un comportement des coureurs plus responsable, des vélos qui vont moins vite et les aménagements routiers nécessaires"

Le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme rappelle que le Paris-Roubaix est "une course qui peut toujours réserver des surprises".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, lors de la 12e étape, le 13 juillet 2023. (PIERRE TEYSSOT / MAXPPP)

A la veille du Paris-Roubaix femmes, pour assurer la sécurité des cyclistes, Christian Prudhomme, patron du cyclisme chez ASO, plaide pour "un comportement des coureurs plus responsable, des vélos qui vont moins vite et les aménagements routiers nécessaires". Il était l'invité de France Bleu Nord vendredi 5 avril.

La 121e édition du Paris-Roubaix se tient ce dimanche pour les hommes. "Paris-Roubaix c’est une course exceptionnelle, c’est la reine des classiques, décrit Christian Prudhomme. C’est aussi une course qui peut toujours réserver des surprises. Tout est fait pour que ça se passe dans les meilleures conditions dans le climat actuel et notamment après la très grave chute d’hier évidemment au Tour du Pays basque qui est dans toutes les têtes".

"C'est à la fois fascinant et effrayant"

Jeudi, sur le Tour du Pays basque, plusieurs coureurs ont lourdement chuté. "Très clairement, il y a une augmentation de la vitesse qui est exponentielle ces toutes dernières années, c’est dû d’abord au matériel qui est ultra-performant, c’est à la fois fascinant et effrayant, analyse Christian Prudhomme. Plus ça va vite, plus il y a de risques de risques d’accidents."

Selon lui, le matériel est à remettre en question. "Chaque année, les braquets augmentent [plus les braquets sont grands, plus les coureurs vont vite], il y a eu l’introduction des freins à disques ces dernières années qui sont très performants mais qui font que les coureurs freinent plus tard et donc on continue à aller plus vite plus longtemps", relate Christian Prudhomme. "Des mesures peuvent être prises assez rapidement, comme la limitation des braquets", estime-t-il.

D'autres outils utilisés lors des courses pourraient aussi perturber selon lui les coureurs : "Il y a toujours le débat sur les oreillettes, dont certains disent qu’elle est un outil pour la sécurité et d’autres disent exactement le contraire, il y a les compteurs que les coureurs ne cessent de regarder en permanence."

"Éloigner les coureurs qui ne respecteraient pas les règles"

Le patron du cyclisme chez ASO pointe aussi le comportement de certains "brillants et jeunes coureurs" mais "qui n’ont pas forcément l’habitude ou l’expérience du bon geste, du bon comportement vis-à-vis des autres coureurs". Des systèmes "d’avertissements, de cartons jaunes, rouges sont à l’étude", détaille Christian Prudhomme, pour "sanctionner les comportements, éloigner les coureurs qui ne respecteraient pas les règles". Les coureurs "doivent faire la différence là où ils le peuvent sur un terrain sportivement probant et sélectif, mais pas en prenant des risques insensés", rappelle Christian Prudhomme.

Enfin, Christian Prudhomme met en cause "les aménagements routiers de plus en plus nombreux". Sur Paris-Roubaix, une chicane a été aménagée à l’entrée de la Trouée d’Arenberg pour réduire la vitesse. "Il y a eu l’installation de cette chicane qui a été mise en place pour ralentir, ça n’est pas la solution parfaite, nous en avons conscience, et il y aura autre chose dès l’année prochaine en faisant un détour pour ne pas arriver de face dans la trouée, qui est l’un des lieux mythiques de Paris-Roubaix", assure-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.