Le grand embouteillage de l'aéroport: la faute aux Américains?

Des avions chargés de secours en tout genre qui ne peuvent décoller vers Haïti. D'autres qui patientent des heures en l'air en attendant une autorisation d'atterrissage avant d'être parfois déroutés. Un hôpital de campagne qui ne peut pas être installé faute de pouvoir débarquer... La France aurait protesté auprès des Américains qui contrôlent l'aéroport.

(Radio France © France Info)

Près de 200 Français ont ainsi dormi cette nuit sur le tarmac de l'aéroport faute de pouvoir embarquer. Les fonctionnaires du département d'Etat comme les GI's avaient un seul mot d'ordre: “ Passeport américain seulement! Passeport américain seulement!”.

Après le refus par les Américains de laisser atterrir un avion-hôpital français, la France par la voix du secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet avait protesté officiellement: “Via l'ambassade américaine, j'ai fait une protestation officielle auprès
des Américains”. Dans un premier temps, le secrétaire d'état à la coopération s'était contenté de dénoncer un“manque de discernement et d'arbitrage...”

Mais ce soir, le ministère des Affaires étrangères fait marche arrière et, par la voix de son porte-parole, Bernard Valero, nie tout dépôt d'une protestation officielle de la France auprès des Etats-Unis. Alain joyandet affirmait pourtant avoir le soutien du ministre Bernard Kouchner.

LES SECOURS FRANCAIS RALENTIS

239 ressortissants français ont tout de même pu être évacués. La France a également pu amener 30 tonnes de fret et 240 sauveteurs, gendarmes et membres de la sécurité civile. Mais en Martinique, base arrière des secours français, le filtrage établi par les Américains sur l'aéroport de Port-au-Prince ralentit le déploiement du dispositif.

Quant au bilan concernant les Français, il est à présent de 12 morts. Une trentaine de Français sont toujours portés disparus, sur les 1.400 recensés comme vivant en Haïti.
_ Les personnes ayant des proches en Haïti peuvent joindre le numéro habituel de la cellule de crise du Quai d’Orsay : 01 45 50 34 60.

"PAS DE CHAMAILLERIES" DEMANDE RENE PREVAL

Le président haïtien a demandé aux donateurs internationaux de mieux se coordonner, de ne pas se
chamailler sur l'aide à apporter aux sinistrés du séisme.

Sur le terrain, ce déploiement d'aide reste encore discret. Les survivants manquent d'eau et de nourriture.