Le Français Mondory contrôlé positif, son directeur sportif "effondré"

Le Français Lloyd Mondory, équipe AG2R La Mondiale, a fait l'objet d'un contrôle positif à l'EPO le mois dernier, a annoncé mardi l'Union cycliste internationale. Vincent Lavenu, son entraîneur, est effondré.

(il revient maintenant à la Fédération française d'ouvrir une procédure disciplinaire à l'encontre du coureur © Maxppp)

 C’est un choc pour l’équipe AG2R La Mondiale, et l’évènement pourrait signer la fin de la carrière du coureur.  Mondory, âgé de 32 ans, a subi ce contrôle inopiné le 17 février dernier. Qui s’est avéré…positif à l’EPO. Le coureur de la Manche a accompli toute sa carrière sous le maillot de l'équipe AG2R La Mondiale. Vainqueur de la Coupe de France en 2006, il ne compte que deux participations au Tour de France. 

Un mélange de honte et de trahison

Son manager, Vincent Lavenu, est effondré : "Les larmes n'y feront rien. Je crois que je ne suis plus capable de faire ce métier là, dans ces conditions. C’est trop dur. Trop de travail. Trop d’investissement de toute une vie. Le vélo c’est ma vie. Je ne peux plus, je ne peux plus. C’est un mélange de honte, de trahison, l’équipe va être salie, ce n’est pas juste. Il m’a appelé, il pleurait, mais ses explications ne me conviennent pas, je lui ai dit qu’il fallait dire la vérité, ne pas se réfugier derrière des excuses… Lui me dit que c’est pas vrai mais bon…Ca ne tombe pas du ciel… Ses explications ne me conviennent pas"

"J'ai honte, l’équipe va être salie, ce n’est pas juste" - Vincent Lavenu
--'--
--'--

"Le dopage ne sera jamais éradiqué à 100%"

La veille, le directeur sportif avait estimé, après la publication d’un rapport mettant en cause les anciens dirigeants de la Fédération internationale, que sur le sujet du dopage il fallait "aller de l’avant"… "Le cyclisme a montré la voie, il est précurseur dans la lutte antidopage. Ce qu'on voit dans le peloton est très encourageant ", a-t-il ajouté à propos de la persistance du problème : "Le dopage ne sera jamais éradiqué à 100 %, il y aura toujours des coureurs tentés ."

Le coureur a le droit de demander l'analyse de l'échantillon B et d'y assister : il revient maintenant à la Fédération française d'ouvrir une procédure disciplinaire à l'encontre du coureur.