Haïti : comment reloger les centaines de milliers de sans-abri ?

Port-au-prince et ses alentours sont à terre, laissant entre 500.000 et un million d'habitants sans toit. Hier, les autorités haïtiennes ont lancé une vaste opération de relogement, hors la capitale, dans des "villages" de toile. Une équipe franco-américaine travaille aussi à mettre sur pied des campements dans les parcs publics de Port-au-Prince. Du relogement provisoire, appelé à durer, en attendant la longue reconstruction du pays...

(Radio France © France Info)

Trouver un toit pour les sinistrés est une priorité : l'Organisation
internationale pour les migrations (OIM) estime à au moins 500.000 le nombre
de sans-abri rien que dans la capitale haïtienne, où ils occupent quelque 447
campements improvisés. Les autorités haïtiennes, elles, parlent d'un million de
sans-abri dans l'ensemble du pays. Qu'en faire ? Les évacuer ou les maintenir sur place ?

Une initiative française propose d'installer des campements, avec sanitaires, dans les espaces verts de Port-au-Prince : 600 tentes seraient disponibles, pour loger 5.000 personnes, en attendant de reconstruire en dur.
_ D'autres ONG proposent de mettre sur pied deux ou trois camps de toile, en dehors des villes, pouvant contenir chacun 150.000 personnes.

Pour leur part, les autorités haïtiennes "en train de reprendre le contrôle de la situation", selon leurs propres termes, ont annoncé hier avoir lancé une vaste opération de relogement. Selon le ministre haïtien de l'Intérieur, il est prévu de mettre sur pied des "villages", en dehors de la capitale, capables d'accueillir chacun 10.000 âmes...

Pendant ce temps-là, les Américains qui se succèdent sur l'île parlent déjà de reconstruction, lente, exigeante et radicale. Selon Benoît Thierry, directeur adjoint du PAM, le programme alimentaire mondial, "il faut évacuer tout le monde, pour raser des quartiers entiers", avant de songer à rebâtir.

Cécile Quéguiner avec agences