Cet article date de plus de dix ans.

Dumoulin : "C'est un peu frustrant"

Victime d’une chute impressionnante, lundi, lors de l’étape entre Olonne-sur-Mer et Redon, Samuel Dumoulin n’a pu défendre ses chances, ce mardi, à Mur-de-Bretagne. S'il n'a aucun stigmate de son "soleil", le coureur de la Cofidis a encore joué de malchance en crevant à 10km de l’arrivée. Symbole d’une équipe à la peine depuis le début du Tour.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Samuel Dumoulin (Cofidis)

Comment s’est passée cette 4e étape ? Le Mur-de-Bretagne est-il si redoutable ?
« Personnellement, je n’ai rien vu. J’étais bien mais j’ai crevé à 10km de l’arrivée. Et puis à la vitesse à laquelle ça roulait, ce n’était même pas la peine de penser à faire un résultat. Vu le classement final, il n’y a pas de regret à avoir. Ca s’est réglé entre costauds. Aujourd’hui, c’était peut-être aussi un petit peu trop dur pour moi. Tous les jours, il y a une crasse et c’est un peu frustrant. Du coup, je ne sais même pas encore ce que je vaux car je n’ai pas encore fait une arrivée. Pour la confiance, ce n’est vraiment pas terrible. »

Comment vous sentez-vous physiquement après votre chute d’hier ?
«J’ai vraiment eu de la chance. La chute était spectaculaire mais je m’en suis bien sorti. J'ai  eu quelques douleurs (NDLR : cervicales et hanche) hier soir mais aujourd’hui, j’avais de bonnes sensations. Toute l’équipe a encore bien travaillé mais je n’ai pas pu défendre mes chances. C’est vraiment rageant car on travaille bien sans réussir toutefois à s’exprimer. »

Quels sont vos objectifs pour les jours à venir ?
« Nous allons être attentifs demain pour l’arrivée à cap Fréhel. Ca va pas mal dépendre de la météo. Après, l’arrivée à Lisieux peut être intéressante. J’espère surtout qu’on va être un peu épargné par la poisse et qu’on va enfin récolter les dividendes de notre travail. Car pour le moment, ce n’est vraiment pas la joie. »

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.