Cyclisme : cinq victoires marquantes de Julian Alaphilippe sous le maillot Deceuninck-Quick Step

Le champion du monde français a prolongé son contrat jusqu'en 2024 chez Deceuninck-Quick Step, l'équipe de ses débuts professionnels.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Julian Alaphilippe, vainqueur au Grand Bornand lors de la 10e étape du Tour de France 2018, le 17 juillet 2017.

L'équipe Deceuninck-Quick Step a annoncé dans un communiqué, jeudi 15 avril, que Julian Alaphilippe poursuivrait l'aventure avec la formation belge. Le coureur français est resté fidèle à cette même équipe depuis ses débuts dans le monde professionnel, en 2014. Retour sur cinq moments marquants de sa carrière sous les couleurs de Deceuninck-Quick Step.

• La Flèche Wallonne 2018 : première classique au palmarès

Ce 18 avril 2018, Julian Alaphilippe pense finir deuxième et ne lève pas les bras sur la ligne d'arrivée. Sans le savoir, le cycliste français vient tout juste de remporter la première classique de sa carrière, la Flèche Wallonne, grâce à une accélération décisive peu avant les cent derniers mètres. "Je ne savais même pas que j’avais gagné ! Je pensais que [Vincenzo] Nibali était encore devant. C’est mon cousin [et entraîneur, Franck Alaphilippe] qui m’a dit après la ligne que c’était bon", déclare-t-il à l'issue de la course. Vingt-et-un ans après la victoire de Laurent Jalabert, le clan français tient enfin son successeur dans une classique ardennaise. Un moment historique.

Julien Alaphilippe à quelques mètres de l'arrivée de La Flèche Wallonne, le 18 avril 2018. (YORICK JANSENS / BELGA MAG)

• Les Strade Bianche 2019 : coup d’essai, coup de maître

C’est la première fois que Julian Alaphilippe s’attaque aux Strade Bianche. Et difficile d’espérer mieux. Le coureur français ajoute une nouvelle ligne à son palmarès en s’imposant de manière remarquable sur les pavés de Sienne, en Italie, le 9 mars 2019. Cette victoire lui permet de devenir le premier Français à lever les bras sur la Piazza del Campo. 

Le coureur de l'équipe Deceuninck-Quick Step est le premier Français à lever les bras sur la ligne d'arrivée des Strade Brianche, le 9 mars 2019, à Sienne (Italie). (BETTINI LUCA / BETTINIPHOTO)

• Milan-San Remo 2019 : monumental !

À quelques mètres de l’arrivée de la Primavera, il n’est pas seul et il a la pancarte du grand favori, ce 23 mars 2019. Mais Julian Alaphilippe sait manier avec habileté ses qualités de sprinteur. Et cela fait la différence pour s'imposer et remporter le premier Monument de sa carrière. Au terme d’une course parfaitement maîtrisée, le Français tient son rang en dominant un groupe d’une douzaine d’hommes et signé le septième succès d'un début de saison exceptionnel. "On a contrôlé dans le final", lâche-t-il au micro de La chaîne L'Equipe. "Je n'avais pas le droit à l'erreur ensuite. À 200 mètres de la ligne, je me suis dit qu'il était hors de question de finir deuxième."

Julien Alaphilippe sprinte dans les derniers mètres pour aller chercher la victoire à San Remo, le 23 mars 2019. (TIM DE WAELE / POOL)

• La 10e étape du Tour de France 2018, au Grand Bornand : son premier succès sur le Tour

Cette dixième étape est marquée par la première victoire sur le Tour du France du coureur de l’équipe Deceuninck-Quick Step. Trois mois après s’être offert sa première classique, la Flèche Wallonne, le Montluçonnais précède de plus d’une minute et demie ses premiers poursuivants, après avoir lâché Rein Taaramäe dans le col de Romme. "Je n'ai pas de mots. Aller chercher une victoire sur le Tour de France était un rêve pour moi. J’ai une pensée pour tout le travail effectué pour en arriver là, ainsi que pour ma famille", exprime-t-il au micro de France Télévisions. Il terminera meilleur grimpeur de cette Grande Boucle.
 

• La 13e étape du Tour de France 2019, à Pau : l'exploit sur le chrono, maillot jaune sur le dos

Comme un symbole. Pour fêter les 100 ans du maillot jaune, le 19 juillet 2019, le coureur français signe un bel hommage à Eugène Christophe en remportant à la surprise générale le contre-la-montre disputé à Pau, avec la tunique dorée sur le dos. Il met fin à trente ans sans victoire d’un Français sur le Tour dans l'exercice chronométré. Surtout, il domine tous les favoris et les spécialistes du chrono, parmi lesquels son rival Geraint Thomas, qu'il relègue à 14 secondes.  "C'est incroyable, je suis vraiment content," souligne-t-il, tout en admettant qu’il "ne pensait pas gagner, même si je savais que j'allais me mettre la misère". Une nouvelle preuve des capacités hors norme du coureur de la Quick Step, désormais capable de s'imposer sur quasiment tous les terrains.

-

Julian Alaphilippe vainqueur du contre-la-montre autour de Pau lors de la 13e étape du Tour de France 2019, le 19 juillet 2019. (JEFF PACHOUD / AFP)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.