Cyclisme : à deux semaines du Tour de France, une vague de Covid-19 frappe le peloton du Tour de Suisse

A 14 jours du début du Tour de France, ils sont une vingtaine de coureurs à avoir dû abandonner, vendredi, sur le Tour de Suisse en raison de tests positifs au Covid-19.

Article rédigé par
Louis Delvinquière - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Aleksandr Vlasov s'est emparé du maillot jaune de leader après sa victoire sur la cinquième étape du Tour de Suisse, le 16 juin 2022. (GIAN EHRENZELLER / AFP)

On le pensait loin et voilà qu'il revient. Le Covid-19 a encore une fois frappé dans le peloton du cyclisme et a causé, en deux jours et notamment vendredi 17 juin, un nombre d'abandons assez important sur le Tour de Suisse. En tête, celui qui devait arborer son maillot jaune de leader, Aleksandr Vlasov (Bora-Hansgrohe), doit plier bagage quelques heures seulement après son succès sur la cinquième étape.

Au total, ce sont cinq équipes dans leur totalité qui ont mis pied à terre : Jumbo-Visma depuis jeudi, Bahrain-Victorious, UAE Team Emirates, EF Education-Easy Post et Alpecin-Fenix. 

Au départ de Locarno pour la sixième étape, dix-sept formations ont donc pris le départ avec le Danois Jakob Fuglsang (Israël-Premier Tech) qui récupère ainsi la tunique jaune de leader.

Inquiétude pour le Tour de France

Il s'agit là du plus grand nombre d'abandons de coureurs (29) au départ d'une étape depuis 2020, soit moins que pendant les pics de la pandémie. Plus tôt dans l'année, lors de Paris-Nice, un virus grippal avait frappé fort et avait mis de côté 18 coureurs. Rappelons qu'en février 2020, l'UAE Tour avait été la première épreuve sportive majeure à être arrêtée en raison du Covid-19.

A deux semaines du Tour de France, l'inquiétude monte et les protocoles sanitaires pourraient bien faire leur retour sur la Grande Boucle. De quoi chambouler, encore une fois, le monde du cyclisme.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.