Cet article date de plus de trois ans.

Après le Tour de France, des coureurs se retrouvent au Critérium de Lisieux dans une "ambiance frites-saucisses"

Mardi soir, 30 cyclistes professionnels, dont 12 qui ont participé à la Grande Boucle, prendront le départ de la première course d'après-Tour de France.

Article rédigé par
Marcellin Robine - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Julian Alaphilippe, meilleur grimpeur du Tour de France 2018, devrait être l'un des chouchous du public du Critérium de Lisieux. (KIM LUDBROOK / EPA)

Le Tour de France vient de se terminer mais les coureurs remontent déjà sur leur selle. Le Critérium de Lisieux, dans le Calvados, se dispute mardi 31 juillet à partir de 20h30. Trente cyclistes professionnels prendront le départ de cette course de 2h30 sur un circuit de 2,6 km, dont le meilleur grimpeur du Tour Julian Alaphilippe, qui a remporté deux étapes, et le meilleur jeune Pierre Latour.

Les coureurs au plus près du public

Et contrairement à la Grande Boucle, les spectateurs pourront les approcher de près. "Les coureurs sont privés de contact direct avec le public pendant le Tour de France, explique Bernard Aubril, maire de Lisieux et président du Vélo Club Lexovien. Ils sont confinés dans leur bus pour venir au départ le matin, confinés dans leur bus après l'arrivée. Donc la première occasion après l'arrivée du Tour qu'ils ont pour être au plus près de leur public, c'est le Critérium d'après-Tour de France."

Ambiance kermesse

Au-delà de l'aspect sportif, les organisateurs promettent une ambiance bon enfant. "Le Critérium, c'est cette occasion de montrer l'aspect populaire du cyclisme, poursuit Bernard Aubril, le tout dans une ambiance kermesse, puisqu'il y a les courses amateurs, il y a le défilé de la caravane. Tout se passe dans un contexte festif, et dans une ambiance frites-saucisses, où celui qui est le maître des lieux, c'est le soleil."

Le reportage de Marcellin Robine.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.