Cet article date de plus de trois ans.

Coupe du monde 2018 - Giroud : "Ce sera encore plus dur que nos matchs précédents"

À deux jours de la demi-finale du Mondial entre la France et la Belgique (mardi 10 juillet, 20 heures), Benjamin Pavard et Olivier Giroud étaient présents en conférence de presse ce dimanche. Si les deux Bleus se disent "confiants" et plus déterminés que jamais à l'idée de disputer la finale, ils savent aussi que les hommes de Roberto Martinez ont des arguments de poids pour les inquiéter. Voici les principaux points à retenir avant le choc, "presque un derby" pour l'attaquant de Chelsea.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
 (FRANCK FIFE / AFP)

• Thierry Henry face aux Bleus

Naturellement, le sujet est l'un des premiers à s'inviter sur la table lorsque l'on évoque la demi-finale entre la France et la Belgique. Meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France, Thierry Henry sera sur le banc belge - en tant qu'adjoint du sélectionneur Roberto Martinez - mardi soir à Saint-Pétersbourg. Alors forcément, Benjamin Pavard et Olivier Giroud ont dû répondre à quelques questions sur cette "anomalie".

"Oui, ça a été un très grand joueur mais on ne va pas faire gaffe à ça, on va juste se concentrer sur notre match", a sobrement commenté le latéral droit. Pour Giroud en revanche - qui l'a bien connu à Arsenal pour avoir fait quelques séances d'entraînement avec lui - ce sera un peu plus particulier : "Cela fait bizarre de l’avoir contre nous. Tout le monde sait qu’il a entamé une carrière d’entraîneur. Il apprend, il progresse. Il a une très bonne génération avec la Belgique et il a aussi beaucoup apporté à l’équipe de France. [...] J’aurais préféré qu’il soit avec nous et qu’il me donne ses conseils mais il n'y a pas de jalousie, c'est normal par rapport à sa carrière d’entraîneur."

"Je serai fier de montrer à Titi qu'il a choisi le mauvais camp"

Critiqué par le passé par Thierry Henry, notamment lorsqu'il officiait en tant que consultant pour la chaîne britannique Sky, Olivier Giroud n'en tient plus rigueur aujourd'hui. "Il n'y a pas d’esprit de revanche, ça fait plusieurs années maintenant. On se respecte mutuellement. Il faisait un métier où il devait être incisif, je ne garde aucune rancœur par rapport à ça. Moi mon boulot c’est d’être bon sur le terrain. Mais je serai fier de montrer à Titi qu’il a choisi le mauvais camp. Ca fait bizarre de l’avoir contre nous, ça va être un match particulier pour lui."

• Courtois face à Lloris

"C'est un gardien exceptionnel, notre capitaine, un leader sur et en dehors du terrain. Il l'a montré face à l'Uruguay avec une parade exceptionnelle. On n'a jamais eu de doutes, c'est un très grand gardien."

Benjamin Pavard s'est montré dithyrambique envers son gardien Hugo Lloris. La comparaison avec le Belge Thibaut Courtois fleurit depuis vendredi soir. Mais pour Giroud, il n'y a pas de débat : "le meilleur ? C'est Hugo, désolé Thibaut." Avant d'ajouter tout de même que ce sont "deux grands gardiens qui méritent d'être nommés meilleur portier du tournoi".

• Eden Hazard ou Kylian Mbappé ? Olivier Giroud vote pour les deux

Interrogé sur le regard qu'il pouvait avoir sur la star belge Eden Hazard et le prodige français Kylian Mbappé, Olivier Giroud a vanté les qualités des deux. "Ce sont deux génies. Il y a un diamant brut à polir avec une énorme marge de progression. Kylian est surtout dans la percussion, avec des appels en profondeur sans ballon. il est davantage attaquant mais Eden est impressionnant dans sa conduite de balle, dans sa perforation des lignes. C'est l'un des trois meilleurs avec qui j’ai joué."

"Ce sont deux génies"

• Pavard a joué "sur une jambe" la fin de la rencontre face à l'Uruguay

Touché dans un choc avec Luis Suarez, le latéral droit Benjamin Pavard a pris une sévère béquille. "J’ai joué sur une jambe, j’avais mal", a-t-il expliqué ce dimanche en conférence de presse. Avant de rassurer : "mais je suis apte, je suis prêt à aller au combat. C’était un match avec beaucoup d’agressivité et d’impact. Le coup que me met Suarez, ça me permet aussi d'apprendre, de ne pas être trop tendre. C’était un sacré coup, j’ai encore mal mais ça va aller."

 (ELMAR KREMSER/SVEN SIMON / SVEN SIMON)

• 29 sélections en équipe de France (toutes catégories) et toujours aucune défaite pour Pavard

Depuis ses débuts en équipe de France espoirs en 2015 jusqu'à aujourd'hui, Benjamin Pavard n'a jamais connu la moindre défaite avec le maillot bleu sur les épaules. Un bon présage avant la demi-finale du Mondial. "Oui on m'en parle, ça fait toujours plaisir. Il reste encore deux matchs, j’y crois aux 31 ! Ce sont des stats qui font plaisir, je bosse pour ça."

• Un Mondial qui ressemble à un Euro

Les quatre dernières équipes encore en lice dans cette Coupe du monde évoluent sur le continent européen. De quoi faire davantage penser à un Euro qu'à un Mondial pour Olivier Giroud. "Oui, ce dernier carré ressemble à l’Euro. Pour une fois il n'y a pas d’équipes sud-américaines, c'est une petite révolution. Cela prouve que les nations européennes progressent et sont ambitieuses. Le Pérou a une très bonne équipe malgré méconnue du grand public. Tout le monde connaît l’Argentine et on a su s'imposer. Pareil face à l'Uruguay. Ca a été trois équipes avec beaucoup d’engagement, d’agressivité. On s’attend à un match un peu différent face à la Belgique. Cette équipe joue un très beau foot, ils ne font pas que défendre. Il devrait y avoir beaucoup de projection vers l'avant. Pour moi la Belgique est une très bonne équipe,, avec une très bonne génération. Ce sera encore plus dur que nos matchs précédents. N'oublions pas qu'elle est numéro trois au classement FIFA et n'a pas perdu depuis longtemps (24 matchs)."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.