Cet article date de plus de six ans.

Corée du Nord : la "diplomatie du sport" passe par le catch

La capitale nord-coréenne, Pyongyang, accueille ce week-end un événement qu'aucun Nord-Coréen n'a jamais pu voir : un tournoi de catch, réunissant des "stars" réunies par un sénateur japonais. Kenji Antonio Inoki est en effet un fervent partisan de la "diplomatie du sport", et il souhaite réchauffer les relations entre son pays et la dictature communiste dirigée par Kim Jong-Un.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Des milliers de Nord-Coréens ont pu apprécier le spectacle samedi soir à Pyongyang © Wong Maye-E/AP/SIPA)

Bob "The Beast" Sapp, ancien joueur de football américain en NFL, reconverti dans le kick-boxing, ou encore le Français Jérôme Le Banner, spécialiste des sports de combat "durs" et acteur à ses heures... Voici deux des stars arrivées cette semaine dans les valises de Kenji "Antonio" Inoki à Pyongyang en Corée du Nord. Ce sénateur japonais, ancien catcheur, n'est pas peu fier d'avoir réussi son pari : organiser un grand tournoi international de catch dans le pays le plus fermé au monde.

Ce week-end au Ryugyong Chung Ju-yung Stadium de Pyongyang, les Nord-Coréens découvrent une discipline qui leur est pour beaucoup totalement inconnue. Même la télévision, sous contrôle strict du pouvoir, ne diffuse jamais d'images de catch. Depuis samedi, 21 lutteurs s'affrontent sous les yeux ébahis de plusieurs dizaines de milliers de spectateurs éberlués.

Quasiment une visite d'État

Antonio Inoki, personnage extraverti et original, est un fervent défenseur de la "diplomatie par le sport", et il espère grâce à son initiative réchauffer les relations entre Tokyo et Pyongyang. En tout cas, lui ne ménage pas sa peine : il s'est rendu en Corée du Nord 29 fois depuis 1974... Lors d'une conférence de presse organisée cette semaine, il a déclaré avoir "toujours voulu créer un environnement aussi favorable que possible ". Signe de l'importance accordée à sa visite, il a rencontré samedi Kim Yong-Nam, président de l'Assemblée populaire, l'un des personnages-clés de la dictature communiste.

Aucune information n'a filtré en revanche au sujet d'une éventuelle rencontre avec le leader nord-coréen Kim Jong-Un lui-même. Ce dernier, et les nombreuses visites de l'ancien basketteur américain Dennis Rodman en Corée du Nord l'ont montré, semble avoir un faible pour le sport. D'ailleurs, Inoki en est persuadé : "Le sport est un thème qui ne peut être ignoré même dans une société fermée sur elle-même. Je pense qu'il peut ouvrir des portes ".

Un tournoi international de catch en Corée du Nord : le reportage de Frédéric Ojardias
écouter
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.