Boxe : cinq raisons de suivre le combat entre Tyson Fury et Deontay Wilder

Dans la nuit de samedi à dimanche, l'Américain Deontay Wilder et le Britannique Tyson Fury s'affronteront lors du troisième volet d'une trilogie débutée en 2018.

Article rédigé par
Charles Fandre - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Tyson Fury face à Deontay Wilder durant leur deuxième combat, le 22 février 2020 à Las Vegas.  (AL BELLO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

L'Américain Deontay Wilder et le Britannique Tyson Fury s'affrontent lors du troisième volet d'une trilogie débutée en 2018, dans la nuit de samedi 9 octobre à dimanche 10 octobre à 5h30 heure française à la T-Mobile Arena de Las Vegas. Voici cinq raisons de veiller (ou de mettre son réveil) pour regarder ce véritable événement pugilistique. 

1Un combat pour le titre

Ce combat est d'abord exceptionnel en raison de son enjeu : la ceinture catégorie poids lourds de la World Boxing Council (WBC), l'une des quatre fédérations internationales principales de boxe anglaise avec la WBA, l'IBF et la WBO. C'est le "Gipsy King" qui défendra cette fois son trône face à Wilder après l'avoir emporté lors de leur deuxième affrontement. Remporter ce match, c'est d'abord conserver ou s'octroyer un titre de champion du monde. Mais c'est aussi s'offrir la possibilité d'un combat de réunification des ceintures des poids lourds.


Les titres des trois autres organisations sont actuellement en possession du boxeur ukrainien Oleksandr Usyk : il les a arrachés au compatriote de Fury, Anthony Joshua, après une victoire aux points le 25 septembre. L'affrontement de ce week-end pourrait donc aboutir à un autre combat, historique, qui verrait le vainqueur devenir le premier boxeur poids lourds à unifier les quatre ceintures et devenir champion incontesté de la catégorie reine. 

2Des boxeurs au parcours exceptionnel

Les deux adversaires sont des hommes à la trajectoire hors du commun. Wilder commence la boxe en 2005 à 19 ans, un âge plutôt avancé pour se lancer. S'il le fait, c'est pour subvenir au besoin de sa fille nouveau-née, atteinte d'une malformation congénitale de la colonne vertébrale et de la moelle épinière. Il a beau commencer tard, l'Américain ne perd pas de temps. En 2007, il devient champion amateur des États-Unis avant de commencer sa carrière professionnelle l'année suivante. En 2015, le "Bronze Bomber" remporte la ceinture WBC des poids lourds et devient le premier champion du monde américain depuis Shannon Briggs en 2007.

Deontay Wilder embrasse sa fille Naieya après avoir défendu son titre WBC face au Français Johann Duhaupas, le 26 septembre 2015 à la Legacy Arena de Birmingham, aux Etats-Unis. (DAVID A. SMITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Si ses débuts en boxe sont plus classiques, Fury a connu quelques obstacles. En 2015, il met fin aux 9 années de règne du champion du monde WBF, IBA et WBO des poids lourds, Wladimir Klitschko. Alors que l'IBF lui impose de défendre son titre, le tout nouveau champion décline pour préparer la revanche contre l'Ukrainien, et perd sa ceinture. Par la suite, Fury repousse deux fois le match retour face à Klitschko pour des raisons médicales. Contrôlé positif à la cocaïne et en dépression, le "Gipsy King" annonce quitter le monde de la boxe à 28 ans, en laissant ses deux titres vacants. Deux ans après, il fait son retour. En surpoids, il perd près de 60 kg et affronte le champion du monde WBC des poids lourds, Wilder, lors d'un premier combat. Il obtiendra le nul en dominant les débats mais en passant à deux doigts du KO sur un enchaînement du champion. Lors de leur deuxième affrontement, Fury l'emporte sur arrêt au 7e round après que le coin de l'Américain a décidé de jeter l'éponge et de déclarer forfait. 

3Une opposition de style

Tyson Fury et Deontay Wilder ont deux styles complètement opposés. Le Britannique est une anomalie dans la catégorie des poids lourds. Il a beau faire 2,06 m, Tyson Fury dispose d'une mobilité et d'une capacité à esquiver les coups remarquables, peut-être jamais vues à ce poids-là. Son jeu de pieds, ses mouvements de buste et son allonge lui permettent de toucher sans être touché. Ses coups de poings, légèrement fouettés, perdent en puissance mais sont plus difficiles à anticiper pour l'adversaire. En somme, Fury est un éléphant qui n'aurait aucun problème dans un magasin de porcelaine. 


De son côté, Deontay Wilder est un boxeur peu orthodoxe, n'hésitant pas à abandonner sa position et à se lancer entièrement à l'assaut de l'adversaire. Il manque certainement de technique et de variété dans ses coups, privilégiant les enchaînements à la tête en laissant de côté les coups au corps. Mais quelle puissance chez le boxeur américain ! Le "Bronze Bomber" allie une condition physique impeccable à une capacité à mettre n'importe quel adversaire KO sur un coup.

Les chiffres sont parlants. Lorsqu'il combat pour la ceinture WBC des lourds en 2015, il reste sur un bilan de 32 victoires consécutives dont aucune n'a dépassé le 4e round. Sur ses 44 combats, il en a remporté 42 dont 41 avant la limite. Son seul nul et sa seule défaite lui ont été infligés par Fury, qui affiche un bilan de 30 victoires et un nul.

4Fury favori, mais.... 

Après sa superbe performance lors de leur dernier combat, Tyson Fury est considéré comme favori pour cette "belle" face à Deontay Wilder. La dernière fois, le Britannique avait su se montrer particulièrement offensif, montrant toute l'étendue de sa technique et forçant l'ancien champion à reculer comme il ne l'avait jamais fait. Reste à voir s'il sera capable d'afficher le même niveau ce week-end. Entre temps, Wilder a changé de coach. On peut y voir une volonté d'adapter son style de boxe au niveau proposé par le "Gipsy King". Et si les délais sont courts pour changer radicalement de manière de combattre, un seul coup direct porté par l'Américain peut lui suffire pour s'imposer par KO. Même si Fury y avait miraculeusement survécu lors de leur premier affrontement.

5Des coups portés sur le ring et en dehors

La rivalité sportive entre les deux hommes s'est traduite en dehors du ring par des attaques verbales et des moqueries récurrentes. Avant leur revanche, Wilder s'était amusé des "oreillers" dont disposait selon lui Fury en guise de poings. Le Britannique s'est quant à lui préparé un tabouret spécial pour s'asseoir entre les rounds de leur troisième combat.

Mais l'ambiance bon enfant peut vite laisser place à un ton plus sérieux. Wilder accuse notamment Fury d'avoir lesté ses gants durant leur dernier combat pour lui infliger plus de dégâts. Il avait aussi renvoyé son entraîneur de l'époque en prétendant qu'il s'était arrangé avec le coin adverse pour trafiquer son eau. Déterminé à l'emporter, le "Bronze Bomber" a invité son adversaire à se "préparer pour le champ de bataille et pour la guerre". Ce à quoi Fury a répondu : "Il a perdu la première fois, il a perdu la deuxième fois et il va perdre la troisième fois. Et après, il retournera travailler dans cette chaîne de fast-food où il travaillait, avant de faire carrière dans la boxe." Les hostilités sont lancées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Boxe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.