Cet article date de plus d'un an.

Retraite de Florent Pietrus : Les moments clés de la carrière d'un des plus beaux palmarès du basket français

L'intérieur Florent Pietrus, l'un des piliers de la génération Parker, a annoncé mercredi sur Twitter qu'il prenait sa retraite de basketteur. "I'm out" a déclaré le Guadeloupéen âgé de 39 ans, qui a porté 230 fois le maillot de l'équipe de France et qui a notamment été champion d'Europe en 2013. L'intérieur se retire avec trois titres de champion de France avec Pau-Orthez, son club formateur, et une médaille de bronze aux championnats du monde avec les Bleus en 2014.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (PHILIPPE MILLEREAU / DPPI MEDIA)

C'est l'heure du baisser de rideau pour le "warrior" à la voix fluette des Bleus. Ce mercredi soir Florent Pietrus a annoncé, par l'intermédiaire d'un simple message sur Twitter, la fin de sa carrière professionnelle. Combattant de l'ombre, as du rebond, le frère aîné de Mickael remballe avec lui quelques unes des plus belles pages du basket tricolore. Le crépuscule d'un géant, assurément.

• Les "Trois fantastiques" qui emmènent Pau-Orthez au sommet

Des shoots au playground de Sainte-Anne, en Guadeloupe, au centre de formation de Pau-Orthez, dans l'élite du basket français. En 1996, les frères Pietrus arrivent sur la pointe des pieds en métropole. Pourtant, cinq ans plus tard, ils deviendront, avec Boris Diaw, les trois fers de lance de l'Élan béarnais. Champion de France en 2001 et 2003, finaliste en 2002, Florent est le dernier membre du Big Three à quitter le navire avec un dernier sacre national en 2004.

Pendant huit ans, l'intérieur s'est construit, devenant un cadre de l'équipe de France avec qui il glane ses premières capes. Ses premières déceptions, aussi, comme ce décevant Euro 2003. Mais le géant (2,02 mètres) n'en est qu'au premier chapitre d'une carrière exceptionnelle.

 (PASCAL GUYOT / AFP)

• L'Espagne, sa deuxième maison

Malaga attire Florent Pietrus probablement autant que Florent Pietrus attire Malaga. Sous le soleil de la Costa del Sol, le Français remporte la Coupe du Roi en 2005 avant de remporter le championnat l'année suivante. Il se plaît dans ce nouveau pays, où il côtoie des adversaires qui deviennent des rivaux une fois revêtue la tunique des Bleus.

Viendront ensuite Madrid puis Valence. La dernière saison compliquée avec le club valencian précipite, 10 ans après sa traversée des Pyrénées, son retour en France du côté de Nancy en 2013. Entre-temps, "Flo" a pris de l'épaisseur et est devenu un cadre, un leader émotionnel des Bleus. Après la construction, l'affirmation : cette longue escapade espagnole restera gravée.

• Cinq médailles internationales avec les Bleus

Dans l'ombre de Tony Parker, Florent Pietrus n'en reste pas moins l'une des pièces maîtresses du collectif des Bleus. La moisson débute en 2005 par une médaille de bronze à l'Euro. Infatigable en défense, le Guadeloupéen renforce son statut un an plus tard au Mondial, en l'absence de "TP". Deuxième marqueur avec 9,6 points et meilleur rebondeur (6,6 rebonds) de l'équipe de France, lui et les Bleus ne peuvent faire mieux qu'une 5e place. Mais c'est reculer pour mieux sauter.

Euro 2011 ? Médaille d'argent. Euro 2013 ? Champion d'Europe. La dernière marche est franchie en Slovénie. Ses yeux d'enfant sur le podium laisse transpirer l'émotion du géant. S'ajouteront ensuite deux médailles de bronze au Mondial 2014 et à l'Euro 2015, portant son palmarès à cinq médailles internationales avec les Bleus. Tout simplement l'un des plus beaux de l'histoire du basket tricolore.

230 capes avec les Bleus, 20 années de carrière complètement dingues... Florent Pietrus c'était tout ça, mais aussi tellement plus. Son empathie et sa bonne humeur viendront à manquer au moins autant que son énorme talent.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Basket

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.