NBA : Avant Harden à Brooklyn, cinq "blockbuster trades" qui ont embrasé la ligue

Quatre équipes, sept joueurs impliqués, potentiellement neuf tours de draft en jeu et surtout une star qui en rejoint deux autres pour former une dream team... Officialisé ce jeudi, le transfert de James Harden chez les Brooklyn Nets de Kevin Durant et Kyrie Irving a bousculé la NBA, pourtant habituée aux opérations de ce genre. Retour sur cinq "blockbuster trades" récents qui ont marqué la ligue.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 5 min.
Quand Kevin Garnett et Ray Allen ont rejoint Paul Pierce chez les Celtics... (ELSA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

• Kawhi Leonard chez les Toronto Raptors en juillet 2018

Seulement 9 matches joués en 2017/18, officiellement blessé au quadriceps en dépit d'un feu vert reçu par le corps médical des San Antonio Spurs, Kawhi Leonard avait bien fait comprendre qu'il ne comptait plus jouer avec la franchise texane. En juin 2018, pendant l'intersaison, le journaliste d'ESPN spécialiste des scoops Adrian Wojnarowski fait état d'un désir de trade explicitement exprimé par le joueur, et même une volonté "claire" de jouer à Los Angeles, là où "The Claw" a grandi.

Le 18 juillet 2018, il est finalement envoyé contre son gré chez les Toronto Raptors, avec Danny Green, en échange de DeMar DeRozan, Jakob Poeltl et un tour de draft protégé. D'après le journaliste Chris Haynes, Kawhi Leonard n'a alors "aucun désir" de jouer avec la franchise canadienne. Dans l'autre sens, DeRozan n'est pas plus enthousiasmé, s'estimant trahi par le manager général Masai Ujiri. "On te dit une chose et une autre se produit. Impossible de leur faire confiance. Il n'y a pas de loyauté dans ce jeu", écrit alors l'intéressé en story sur Instagram, lui à qui on aurait promis qu'il ne serait pas échangé.

Alors que les Raptors sont lancés dans la meilleure série de leur histoire en NBA (5 playoffs d'affilée et une 1ère place à l'Est), ils perdent leur franchise player et récupèrent un joueur qui vient de bouder une année durant, sachant qu'il sera libre d'aller voir ailleurs à la fin de la saison. Chose qu'il appliquera en rejoignant les Los Angeles Clippers dès l'été 2019, mais avec le sentiment du devoir accompli et la bague au doigt, après avoir mené les Raptors à leur premier sacre.

• Kyrie Irving chez les Boston Celtics en 2017

Lassé d'évoluer dans l'ombre du monstre LeBron James, Kyrie Irving demande un trade à ses dirigeants à l'été 2017. La nouvelle surprend au sortir d'une finale NBA, mais le meneur de 25 ans veut devenir la star d'une équipe et la guider vers les sommets, devenir un véritable franchise player en somme. Alors que les bruits ne dépassaient pas le stade des rumeurs, la nouvelle a pris de l'ampleur très rapidement sur les réseaux sociaux le soir du 22 août 2017, alimentée par les deux journalistes les mieux informés des Etats-Unis, Adrian Wojnarowski et Shams Charania.

Elle est finalement devenue officielle à 1h30 du matin : Kyrie Irving quitte Cleveland et rejoint les Boston Celtics, en échange d'Isaiah Thomas, Jae Crowder, Ante Zizic et un premier tour de draft. Avec Jaylen Brown, Gordon Hayward, Jayson Tatum et Al Horford, la franchise du Massachussetts a des airs de sérieux contender au titre NBA. Mais Boston sera justement battu cette même année par les Cleveland Cavaliers en finale de conférence et ne brisera pas ce plafond grâce à sa recrue. Quant à Irving, il traînera plusieurs blessures handicapantes avant de s'engager avec les Brooklyn Nets le 1er juillet 2019.

• Kevin Garnett et Paul Pierce chez les Brooklyn Nets en 2013

Quand ce ne sont pas les joueurs qui font parler leurs ambitions, certaines franchises n'hésitent pas à faire tapis. Fraichement battus au premier tour des playoffs 2012/13, les Boston Celtics décident de réagir et n'hésitent pas à se séparer de leurs stars vieillissantes, celles-là même qui leur avaient offert le titre en 2008. Le 28 juin 2013, ils envoient Kevin Garnett, Paul Pierce en compagnie de Jason Terry et DJ White chez les Brooklyn Nets en échange de Gerald Wallace, Kris Humphries, Marshon Brooks, Kris Joseph, Keith Bogans et trois premiers tours de draft.

La transaction a tous les airs d'un braquage réalisé par les Nets. Mais elle s'avérera finalement désastreuse pour la franchise new-yorkaise et la soif de gloire de son propriétaire Mikhail Prokhorov. Après une demi-finale de conférence en 2013/14, les Nets ne feront que dégringoler, ne retrouvant les playoffs que la saison passée.

• Carmelo Anthony chez les New York Knicks en 2011

Quand Carmelo Anthony rejoint New York début février 2011, l'effervescence est totale. Sa présentation lors de sa première entrée en tant que joueur des Knicks au Madison Square Garden contre les Milwaukee Bucks le 23 du même mois en est l'illustration parfaite. Au-delà de la satisfaction de voir débarquer un joueur All Star aux côtés d'Amar'e Stoudemire, les supporters soufflent enfin après des semaines de discussions tout aussi complexes qu'interminables.

Au total, 13 joueurs ont été impliqués dans l'échange (un record) et il aura fallu convier les Minnesota Timberwolves à la table des négociations pour résoudre l'équation. Carmelo Anthony, Chauncey Billups, Shelden Williams, Anthony Carter, Renaldo Balkman quittent Denver pour New York contre Raymond Felton, Danilo Gallinari, Wilson Chandler, Timofey Mozgov, 1er tour de draft à partir de 2014, 2 seconds tours 2012 et 2013. Dans le même temps Minnesota envoie Kosta Koufos à Denver, Corey Brewer à New York et reçoit dans l'autre sens Eddy Curry, Anthony Randolph et un second tour de draft 2015 (Basket USA avait pris le temps de synthétiser ça le plus simplement possible). Mais encore une fois, les résultats ne seront pas à la hauteur des espoirs fous attisés par ce trade.

• Kevin Garnett et Ray Allen chez les Boston Celtics en 2007

Avant le flop chez les Nets en 2013, Kevin Garnett avait déjà été la tête d'affiche d'un trade XXL, avec une issue bien plus glorieuse. Le 31 juillet 2007, des Boston Celtics moroses annoncent l'arrivée du MVP de la saison 2004, deuxième monstre à rejoindre la franchise après Ray Allen. Si Paul Pierce avait exprimé des envies de départ, elles se sont dissipées très rapidement cet été-là.

En lâchant Ryan Gomes, Gerald Green, Al Jefferson, Sebastian Telfair, Theo Ratliff et deux premiers tours de draft, Boston a vidé son roster (battant le record de joueurs échangés pour en acquérir un seul - 7) mais ne le regrettera pas. Dès sa première saison, l'hydre à trois têtes cartonne, offrant à Boston son 17e titre en NBA.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers NBA

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.