Finale NBA: Milwaukee s'impose à Phoenix et prend une option pour le titre

Les Bucks ont enregistré une troisième victoire de suite contre les Suns (123-119) et ne sont plus qu'à une victoire du sacre à domicile.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
La star Giannis Antetokounmpo au coeur de la défense de Phoenix, face à Deandre Ayton et Cameron Payne, lors du match 5 à Phoenix des Finales de NBA. (MATT YORK / AP)

Milwaukee a retourné samedi 17 juillet un match mal engagé pour s'imposer (123-119) à Phoenix lors du cinquième match de la finale NBA et s'offrir la possibilité de décrocher le titre mardi chez lui.

Pour signer ce troisième succès d'affilée, ill a fallu aux Bucks contenir un dernier assaut furieux des Suns, qui se sont même offert la balle de match à 29 secondes de la fin du temps réglementaire, avec un point de retard (119-120).

Déjà meilleur joueur de la soirée, l'arrière Jrue Holiday a alors signé l'action du match, volant la balle dans les mains de Devin Booker, pour ensuite servir, sur contre-attaque, Giannis Antetokounmpo, qui s'est envolé pour le dunk décisif.

C'est la première fois depuis le début de la sée qu'un des deux finalistes gagne à l'extérieur. Il faudra aux Suns s'imposer chez les Bucks pour s'offrir un éventuel septième match à domicile, à Phoenix.

Comme contre Brooklyn, renversé après deux défaites initiales, ou les Hawks, battu sans Antetokounmpo sur les deux derniers matches, Milwaukee a de nouveau montré samedi qu'il avait l'étoffe d'un champion.

Holiday percutant

L'affaire avait pourtant fort mal démarré pour les Bucks, totalement dominés dans le premier quart-temps.

Rapidement, les "cerfs" se sont retrouvés menés de 16 points (32-16, 9e minute), emportés par la maestria offensive des "soleils", qui rayonnaient sous la houlette de Chris Paul.

Intouchable dans le premier quart-temps (14 tirs réussis sur 19), Phoenix s'est pourtant relâché en début de deuxième période, avec Devin Booker (11 pts jusque-là) revenu sur le banc.

L'attaque des Bucks a alors pris d'un seul coup de la vitesse, et s'est ouvert des espaces. "A -16, nous avons gardé notre calme", s'est félicité, après le match, Antetokounmpo, au micro de la chaîne ABC.

Le deuxième quart-temps n'était pas loin d'être l'exact opposé du premier, avec 43 points inscrits par les visiteurs (64-61 à la pause), sous les yeux de la chanteuse Adele et de la légende NBA LeBron James.

La récitation des Bucks

Sur son élan, l'équipe du Wisconsin s'est même détaché dans le troisième quart-temps (94-81), emmenée par l'inspiration de Jrue Holiday (27 pts et 13 passes décisives sur le match), toujours capable de prendre feu, balle en main, avec son petit gabarit compact.

Giannis Antetokounmpo (32 pts) a ensuite pris le relais, et les Bucks ont récité leur basket comme jamais depuis le début de cette finale, avant de contenir le retour désespéré des Suns en fin de partie.

Comme rarement dans cette série, Milwaukee a tourné à plein régime sur ses trois principaux cylindres offensifs, l'ailier Khris Middleton se réveillant (29 pts) après un début de match calamiteux (1/7 aux tirs).

Côté Suns, Chris Paul aura été le principal architecte de la chevauchée finale (10 pts dans le dernier quart-temps à 4/5), au côté de Devin Booker, encore auteur de 40 points samedi après 42 au match 4. Clairement émoussé, à 36 ans et au bout d'une saison à près de 90 matches, le meneur a choisi ses moments et aiguillé l'attaque des Suns autant qu'il le pouvait (21 pts et 11 passes décisives pour une seule balle perdue).

Mais il aurait fallu davantage de mordant défensif (102 pts encaissés sur les trois derniers quart-temps) à Phoenix pour espérer une autre issue.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers NBA

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.