Draft NBA : 5 choses à savoir sur Killian Hayes, le Français le plus haut drafté de l'histoire cette nuit

Drafté cette nuit en 7e position par les Detroit Pistons, Killian Hayes va découvrir la NBA la saison prochaine. Une étape prévue de longue date pour ce prodige du basket français, programmé pour le très haut niveau depuis sa plus jeune enfance. Fils d'un ancien joueur professionnel, formé à Cholet comme Rudy Gobert notamment, l'arrière a tout pour s'intégrer facilement dans la meilleure ligue du monde. Voici cinq choses à savoir sur Killian Hayes.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 5 min.
Killian Hayes, ici en défense sur Jeremy Senglin, a été drafté en NBA cette nuit. (FERNANDO GALINDO / EFE)

• Fils de DeRon Hayes, ancien joueur professionnel

De nombreux prodiges, tous sports confondus, sillonnent dans les pas d'un parent ancien professionnel. Killian Hayes n'échappe pas à la règle. Depuis sa naissance en 2001, Killian Hayes a toujours eu un ballon entre les mains grâce à ses deux parents. Son père DeRon a notamment été trois fois finaliste du championnat de France avec Nancy entre 2005 et 2007 et vainqueur de la Coupe de France en 1999 avec Cholet Basket. C'est d'ailleurs dans les Mauges que l'Américain DeRon Hayes a passé l'essentiel de sa carrière en France : de 1998 à 2000, de 2002 à 2004 et en 2008. Ainsi, durant ses jeunes années, Killian Hayes a pu côtoyer les coéquipiers de son père, pour certains de futurs grands joueurs en NBA ou en Europe comme Mickaël Gélabale, Nando de Colo, ou Rodrigue Beaubois.

• Formé dans la pouponnière de Cholet Basket

Après sa carrière professionnelle, le papa DeRon Hayes a décidé de s'installer définitivement à Cholet. Rien de mieux pour l'évolution et le développement de son fils que d'intégrer le centre de formation choletais. En 2016, Killian Hayes refuse même l'entrée à l'INSEP, le pôle France de basket, pour rester entre les mains des formateurs du Cholet Basket, parmi les plus réputés du pays. Ainsi, au centre de formation choletais, Killian Hayes marche sur les traces de ses illustres prédécesseurs draftés eux aussi en NBA. La liste est longue, avant lui six joueurs ont été draftés en NBA après être passé par Cholet Basket : Antoine Rigaudeau, Mickaël Gélabale, Rodrigue Beaubois, Nando de Colo, Kévin Séraphin et plus récemment Rudy Gobert.

Avec Cholet, Killian Hayes a découvert le monde professionnel. Il est lancé dans le grand bain de la Jeep Elite en 2017/2018 pour neuf rencontres alors qu'il n'a que 16 ans. Lors du dernier match de la saison, il s'est illustré avec 12 points et 6 passes décisives. L'année d'après, le jeune prodige est pleinement intégré à l'équipe choletaise où il tourne à un peu plus de 7 points de moyenne par match. Surtout, il se distingue par deux rencontres avec 17 points inscrits.

• Un palmarès bien rempli avec les équipes de France jeunes

Killian Hayes a toujours été le fer de lance des équipes de France jeunes dans lesquelles il a joué. Il était en plus accompagné par d'autres phénomènes dans une génération 2001 assez exceptionnelle pour le basket tricolore. Ainsi, avec Théo Maledon (également drafté cette nuit par Philadelphie en 34e position, puis envoyé à Oklahoma City), ils décrochent le titre de champions d'Europe U16 en battant le Monténégro en finale sur ses terres, en 2017. Killian Hayes termine la compétition avec le titre honorifique de MVP, c'est-à-dire du meilleur joueur du tournoi. L'année d'après, cette génération dorée s'incline en finale des Championnats du monde contre les Etats-Unis, éternels favoris. En plus de la médaille d'argent, Killian Hayes est nommé dans le cinq majeur de la compétition.

Son seul accroc avec l'équipe de France date de l'été 2019. Sélectionné en équipe de France U20 pour participer au championnat d'Europe de la catégorie, Killian Hayes refuse sa sélection qu'il justifie alors par "son intention de s'entraîner cet été". Ulcérée par les refus de sélection qui s'enchaînent été après été, la Fédération française de basket (FFBB) décide de faire de Killian Hayes un exemple en le sanctionnant de six semaines de suspension, effectives en championnat de France de Jeep Elite.

• Une dernière saison en Allemagne

Le choix de Killian Hayes de rejoindre l'Allemagne à l'été 2019 avait pu surprendre tant il était rare. Avec le recul, signer au Ratiopharm Ulm était une décision courageuse mais bénéfique pour Killian Hayes. En s'engageant dans cette ville située dans le sud de l'Allemagne, entre Stuttgart et Munich, et traversée par le Danube, Hayes a découvert la coupe d'Europe. Il était engagé plus précisément en Eurocoupe (C2), l'équivalent de la Ligue Europa en football. Et malgré son saut dans l'inconnu à ce niveau, Killian Hayes a explosé, excellé même. Il est élu star en devenir à 70% des suffrages exprimés par les coaches de l'Eurocoupe. Au bout d'une saison raccourcie par la Covid-19, il a en effet montré une ligne de statistiques de haut niveau : près de 13 points  et 6 passes décisives de moyenne.

La fin de saison interrompue aux Etats-Unis lui a d'ailleurs profité pour être drafté si haut. Les meilleurs joueurs universitaires américains n'ont pu s'affronter dans la fameuse March Madness, tournoi de fin de saison universitaire en NCAA, alors que Killian Hayes connaît déjà le monde professionnel et les rencontres à enjeu depuis plusieurs années.

• Un joueur calibré pour la NBA

Il ne suffit pas d'être un très bon joueur de basket pour s'assurer une place en NBA. Le style de jeu est en effet très important tellement celui pratiqué outre-Atlantique est atypique. Autant le jeu européen est plutôt axé sur la défense et un jeu collectif chiadé, la NBA, elle, regorge de joueurs au talent offensif et individuel sans commune mesure. Killian Hayes est de cette trempe là. Sûr de lui, avec une confiance en soi qui frôle parfois l'arrogance pour ceux qui ne le connaissent pas, le Choletais possède un appétit particulier pour le jeu en un contre un, c'est-à-dire pour un attaquant de défier son défenseur par le dribble. Killian Hayes est également un joueur spectaculaire. Du haut de ses 196 centimètres, Hayes joue au poste d'arrière et de meneur mais n'hésite pas à monter très facilement au cercle pour dunker rageusement.

Killian Hayes tire son style de jeu de ses influences américaines. Franco-américain grâce à son papa, Killian Hayes s'entraîne tous les étés dans la ville d'origine de son paternel et dans laquelle il est lui-même né, Lakeland (Floride), pour y affronter de nombreux joueurs et lycéens américains. De quoi aguerrir et polir le phénomène. Sa double influence, française et américaine, a convaincu les franchises de NBA qu'il était capable de s'intégrer au plus vite dans la grande ligue.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.