Eurobasket : trois choses à retenir du parcours des Bleus

Les Bleus rêvaient de l'or, d'un doublé et d'une qualification aux Jeux olympiques. Ils terminent avec une médaille de bronze.

Nando De Colo, Tony Parker et Evan Fournier, le 20 septembre 2015, lors du match pour la 3e place de l\'Eurobasket contre la Serbie, à Villeneuve-d\'Ascq (Nord).
Nando De Colo, Tony Parker et Evan Fournier, le 20 septembre 2015, lors du match pour la 3e place de l'Eurobasket contre la Serbie, à Villeneuve-d'Ascq (Nord). (EMMANUEL DUNAND / AFP)

C'est important de savoir rebondir quand on joue au basket. L'équipe de France a dominé la Serbie (81-68), dimanche 20 septembre, au stade Pierre-Mauroy, à Villeneuve-d'Ascq (Nord), pour terminer en beauté son Eurobasket, une médaille de bronze autour du cou, après la demi-finale perdue contre l'Espagne.

Du point de vue de l'organisation, la compétition a été un succès : avec une affluence record de 26 922 spectateurs, la demi-finale entre la France et l'Espagne est même devenue le plus grand match jamais organisé sur le sol européen. Et sur le plan sportif ? La France termine à la troisième marche du podium. Satisfaisant ? Francetv info dresse la liste des choses à retenir. 

1 Des regrets mais un palmarès encore étoffé

Tenante du titre, après son sacre à l'Euro en 2013, la France rêvait forcément d'un doublé à domicile. D'autant que le coach Vincent Collet avait réuni une "Dream Team" ambitieuse pour se donner les moyens de l'emporter à la maison. Mais le pays organisateur n'a pas remporté les championnats d'Europe depuis l'Allemagne... en 1993.

Les basketteurs français étaient invaincus depuis le début de la compétition. Mais ils se sont écroulés dans les dernières minutes, en demi-finale, contre l'ennemi intime espagnol, alors qu'ils menaient d'une dizaine de points quelques instants plus tôt. Tony Parker est passé à côté de son match, Vincent Collet aussi, en oubliant de faire jouer ses remplaçants, excellents depuis le début, laissant ses cadres éreintés. De quoi nourrir de profonds regrets.

N'empêche, en battant la Serbie pour la "petite" finale, la France s'arroge une nouvelle médaille européenne, même si le bronze n'a pas la saveur de l'or. Depuis 2009, et la prise de fonction de Vincent Collet en tant que sélectionneur, les Bleus sont montés 4 fois sur le podium en 5 ans. Ils ont ainsi été sacrés vice-champions d'Europe à l'Euro 2011, champions d'Europe en 2013, médaillés de bronze au Mondial 2014 et donc médaillés de bronze cette année.

2Une qualification aux Jeux olympiques de Rio reportée

Pour se qualifier directement aux Jeux olympiques de Rio, l’année prochaine, il fallait aller en finale. Du coup, les Bleus vont devoir passer par un tournoi de qualification olympique, prévu en juillet prochain. Problème : les joueurs NBA de l’équipe de France, et a fortiori les vétérans (comme Tony Parker et Boris Diaw), disposeront de peu de temps pour se reposer et récupérer après la fin de leur longue saison outre-Atlantique (plus de 80 matchs). En plus, cette compétition risque d’être très, très relevée, note le site Basket Usa, avec de nombreux poids lourds du basket mondial : la Serbie, la Grèce ou encore le Canada.

3L'équipe de France promise à un bel avenir

Tony Parker un peu à court de jus, c'est la jeune génération de l'équipe de France qui s'est révélée dans cet Eurobasket. Après un Mondial prometteur et une super saison NBA, Rudy Gobert a confirmé tout son potentiel. Le Picard, âgé seulement de 23 ans, termine le tournoi avec 10,4 points, 8,1 rebonds et 2 contres de moyenne. Le public retiendra ses actions spectaculaires, comme le dernier panier français face à la Serbie, un alley-oop servi sur un plateau par Nando De Colo :

Seul titulaire français à ne pas jouer en NBA, Nando De Colo, 28 ans, a lui aussi brillé, en suppléant magnifiquement Tony Parker au poste de meneur, et en déroulant un basket plein de classe, très propre. Avec 13,1 points par match, c'est lui le meilleur marqueur de l'équipe.

S'il a peiné à endosser son rôle de sixième homme en début de compétition, Evan Fournier a retrouvé son adresse et son punch dans les matchs importants. Le jeune prodige de 22 ans a ainsi battu son record de points avec les Bleus face à la Serbie (15 unités). Plus tranchant en défense, et opportuniste en attaque, le joueur du Magic d'Orlando représente à coup sûr le futur de l'équipe.

Dans la foulée des Jeux olympiques de Rio, Tony Parker l'a déjà annoncé : il raccrochera ses baskets, après 15 années de carrière internationale. Florent Piétrus et Boris Diaw, tous les deux issus de la même génération, devraient eux aussi prendre leur retraite internationale. Mais le futur s'annonce brillant.