Eurobasket féminin 2021 : la France favorite, les équipes à battre ... Les cinq choses à savoir sur la compétition

La 38e édition du championnat d'Europe de basket féminin débute jeudi en France et en Espagne. 

Article rédigé par
Elias Lemercier - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Sandrine Gruda, Endy Miyem, Diandra Tchatchouang, Valériane Vukosavljevic et Helena Ciak (de gauche à droite) après un match amical contre l'Italie, le 2 juin à Mulhouse. (DAREK SZUSTER / MAXPPP)

L'Eurobasket débute, jeudi 17 juin, dans les villes hôtes de Strasbourg et Valence, qui coorganisent l'événement. Si la médaille d’or est un objectif clair, la France court toujours derrière un nouveau sacre européen depuis 2009 et va devoir vaincre la malédiction de la dernière marche après quatre revers consécutifs en finale. 

La France, co-organisatrice de l'événement

Pour la cinquième fois de son histoire, la France accueillera le championnat d’Europe de basket féminin (17 au 27 juin 2021). Initialement prévu à Lyon et Paris, c’est finalement la ville de Strasbourg qui a été nommée ville hôte. La salle du Rhénus Sport accueillera toutes les rencontres des groupes C et D puis deux matchs de barrage et deux quarts de finale. Les autres rencontres ainsi que le Final Four (demi-finales puis finale) se dérouleront à Valence en Espagne, ville co-organisatrice de l'événement.

Grâce à l'allègement des restrictions sanitaires ce dernier mois, 3600 spectateurs sont autorisés à se rendre dans le Rhénus Sport pour soutenir nos Tricolores, sur les 5600 places que la salle peut accueillir. 

Un format à 16 équipes, comme lors des deux dernières éditions

Depuis le passage de 20 à 16 équipes en 2017, l’Eurobasket se joue d’abord sur une phase de poules constituée de quatre groupes de quatre équipes. Si la première place du groupe est synonyme de qualification directe en quarts de finale, les deuxièmes et troisièmes passeront par un barrage sur une rencontre, une sorte de huitièmes de finale, pour rejoindre les quarts. Ensuite, le format classique reprend ses droits : chaque match se joue en une rencontre jusqu'à la finale.

Des matchs de classement sont aussi au programme, avec en prime des places qualificatives pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2022. La France peut ainsi s’assurer d’y participer en terminant dans les six meilleures équipes de la compétition, une performance qu’elle a atteint lors des six dernières éditions de l’Eurobasket.

Toujours beaucoup d'incertitudes autour de la situation sanitaire

Si les supporters seront bien présents pour faire vivre les salles, certaines stars du basketball féminin vont manquer à l’appel. La Fédération espagnole de basket a annoncé samedi dernier qu'Alba Torrens et Tamara Abalde avaient contracté le Covid-19. La sélection craint désormais l'absence de ses deux joueuses pour le championnat d'Europe. Alba Torrens est une des meilleures joueuses d'Europe aussi bien avec son club russe de l’UMMC Iekaterinbourg qu'en équipe nationale, puisqu’elle avait été élue Most Valuable Player (MVP) de l'Euro 2017. 

La Turquie était, elle, restée longtemps dans le doute quant à un éventuel forfait pour l’Eurobasket à cause de la réglementation anti-Covid avant de recevoir finalement les autorisations nécessaires de l'Union Européenne pour disputer des matchs en France.

Une malédiction à briser pour les Françaises

Toujours à la recherche d’une nouvelle médaille d’or depuis 2009, les Françaises vont débuter ce tournoi avec un statut de favorite qu’il faudra assumer. Les joueuses de Valérie Garnier sont sur une série d'invincibilité de 11 victoires et leur dernière défaite remonte au 7 juillet 2019, lors de la finale du précédent Eurobasket. Un stade de la compétition qui ne leur réussit plus puisqu’elles restent sur quatre défaites d’affilée en finale face à l’Espagne (2013, 2017, 2019) et la Serbie (2015). 

Qualifiée d’office en tant que pays organisateur, la France a hérité d’un groupe largement à sa portée constitué de la Russie, de la République tchèque et de la Croatie. Grande favorite sur le papier, la France aura aussi l’avantage du terrain puisqu’elle jouera tous ses matchs de poule à Strasbourg.

Il faudra tout de même se méfier de la Russie qui reste une nation toujours délicate à jouer même si elle a reculé dans la hiérarchie européenne ces dernières années, ne participant pas au Mondial 2018, et n'atteignant pas le dernier carré d'un Euro depuis son dernier titre continental en 2011. Si la Croatie apparaît la plus faible sur le papier, la République tchèque, 16e au classement FIBA et qui a terminé première de son groupe de qualification devant l’Italie notamment, fait figure d’équipe piège à ne pas prendre de haut. 

Espagne, Belgique et Serbie, les équipes à battre

Si l'Espagne sera probablement sans sa meilleure joueuse Alba Torrens pour l'intégralité de la compétition, elle n’en reste pas moins l’équipe la plus expérimentée. Double championne d’Europe en titre, la sélection de l'entraîneur Lucas Mondelo peut toujours compter sur Silvia Dominguez, Laia Palau et Laura Gil qui avaient fait beaucoup de mal aux Bleues lors de la finale 2019. Placée dans le groupe A, l'Espagne pourrait ainsi retrouver les Françaises en demi-finales.

Nation montante du basket féminin, la Belgique, qui participera à ses premiers Jeux olympiques cet été, sera à suivre en grande partie pour sa star Emma Meesseman, la pivot de 28 ans, championne d’Europe cette année avec l’UMMC Iekaterinbourg et championne WNBA avec les Washington Mystics en 2019.

Enfin la Serbie, championne d’Europe en 2015, n’est jamais bonne à prendre surtout avec sa nouvelle meneuse Yvonne Anderson, Américaine naturalisée, qui va disputer sa première compétition internationale sous son nouveau drapeau. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Basket

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.