Cet article date de plus d'un an.

Toyota rappelle plus de 1,6 million de voitures dans le monde pour des problèmes d'airbags

En France, 81 000 véhicules ont été rappelés. "Un court-circuit interne pourrait se produire" et endommager le système, avertit le constructeur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le constructeur japonais Toyota lors du Salon de l'automobile à Paris, le 2 octobre 2018. (MAXPPP)

Le système d'airbag devra être remplacé. Le constructeur japonais Toyota a annoncé jeudi 1er novembre le rappel de plus de 1,6 million de véhicules dans le monde pour des problèmes d'airbags, un nouveau coup dur après déjà deux rappels massifs depuis septembre. L'Europe est particulièrement affectée avec 946 000 véhicules concernés, essentiellement des modèles Avensis et Corolla, dont environ 81 000 en France.

"Un court-circuit interne pourrait se produire" et endommager le système, explique le groupe dans une notice d'information. "Dans certains cas, le voyant d'alerte pourrait s'allumer" et le ou les airbags ainsi que les dispositifs qui permettent aux ceintures de se bloquer lors d'un choc violent et d'éviter la projection en avant des occupants "pourraient être désactivés". "Dans d'autres cas, ces systèmes pourraient se déployer par inadvertance, ajoute Toyota.Ces conditions sont susceptibles d'augmenter le risque de blessure ou d'accident", précise le constructeur qui n'a toutefois pas connaissance d'incident au Japon.

Toyota a, par ailleurs, fait état d'un autre rappel portant cette fois sur 600 000 voitures, dont 255 000 en Europe (13 400 en France). Ces véhicules, déjà affectés par des rappels précédents, doivent se faire installer un nouveau gonfleur d'airbag côté passager. Toyota est un habitué des rappels, préférant être prudent après des problèmes d'accélération inopinée apparus en 2009-2010 aux Etats-Unis. Début septembre, le géant de la région de Nagoya avait averti plus d'un million de propriétaires de véhicules hybrides d'un possible risque d'incendie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.