La Formule 1 débarque en Inde

Après la Chine avec les JO, l'Inde veut prouver qu'elle est capable d'organiser un événement mondial et se lance dans la F1.

La Mercedes du coureur Nico Rosberg sur le circuit du Grand Prix d\'Inde, près de New Delhi, le 28 octobre 2011.
La Mercedes du coureur Nico Rosberg sur le circuit du Grand Prix d'Inde, près de New Delhi, le 28 octobre 2011. (VIVEK PRADASH / REUTERS)

Le circuit international de Buddh, à Greater Noida dans la région d'Uttar Pradesh, en Inde, a été baptisé d'après le titre de Bouddha, qui désigne une personne ayant atteint le "nirvana" et symbolisant "la paix et le calme" pour reprendre les mots du directeur de la course

Mais du 28 au 30 octobre 2011, au lieu de calme, ce seront plutôt les rugissements des moteurs et les acclamations de la foule qui caractériseront le tout premier Grand Prix automobile d'Inde.

 

Des paysans travaillent près du circuit de Buddh, dans la région de New Delhi (Inde), le 18 octobre 2011.
1/8 Le premier Grand Prix automobile d'Inde aura lieu du 28 au 30 octobre 2011. Le circuit se trouve en pleine campagne, à plus de 50 kilomètres de New Delhi, la capitale. VIJAY MATHUR / REUTERS
Une charrette de paysan devant l\'entrée du circuit de F1 où va se dérouler le Grand Prix d\'Inde, le 30 octobre 2011.
2/8 Seule ombre au tableau : le Buddh International Circuit a été construit en expropriant à moindres frais des paysans. Qui comptent bien se faire entendre pendant la course. PRASHANTH VISHWANATHAN / GETTY IMAGES
Un paysan regarde à travers un grillage le circuit où va dérouler le Grand Prix d\'Inde, le 30 octobre 2011.
3/8 Le chantier n'a pas été victime des scandales qui avaient émaillé les Jeux du Commonwealth en 2010 : malfaçons, effondrements, invasion de serpents… PARIVARTAN SHARMA / REUTERS
Aperçu des tribunes du Grand Prix d\'Inde, qui se déroulera le 30 octobre 2011.
4/8 Les 100 000 places ont quasiment toutes été vendues. Les loges coûtent 145 000 euros, les places les moins chères 2 500 roupies (soit 36 euros, 10 % du salaire mensuel moyen). ANINDITO MUKHERJEE / MAXPPP
Adrian Sutil, au volant de sa monoplace de l\'écurie Force India, lors du Grand Prix de Belgique, à Spa-Francorchamps, le 26 août 2011.
5/8 Les Indiens ne découvrent pas la F1 en 2011. Une des écuries du plateau, financée par un magnat local, s'appelle même "Force India". Mais elle n'aligne pas de pilote indien. OLIVER SCHNEIDER / AFP
Une démonstration de F1 dans les rues de New Delhi, le 1er octobre dernier. La Red Bull du pilote remplaçant Daniel Ricciardo était passée près de la Porte des Indes, dans la capitale indienne.
6/8 Les pilotes indiens sont à chercher dans des écuries de seconde zone. Narain Karthikeyan sera aligné par son écurie HRT pour ce GP. Le cas de Chandhok (Lotus-Renault), dont le père... est le président de la fédération indienne d'automobile, est encore en suspens. ADNAN ABIDI / REUTERS
Un passant marche devant une fresque représentant la rencontre entre la F1 (symbolisée par le drapeau à damiers) et l\'Inde, tout près du circuit de Buddh, le 22 octobre 2011, où se déroulera le premier GP dans ce pays. 
7/8 Plus qu'un simple évènement ponctuel, ce Grand Prix d'Inde est vécu là-bas comme un test pour prouver que l'Inde peut acceuillir des évènements internationaux de premier plan, comme la Chine avec les JO de Pékin. Un deuxième circuit, près de Bombay, est déjà à l'étude pour 2014-15. PRASHANTH VISHWANATHAN / GETTY IMAGES
Un passant marche devant une fresque représentant la rencontre entre la F1 (symbolisée par le drapeau à damiers) et l\'Inde, tout près du circuit de Buddh, le 22 octobre 2011, où se déroulera le premier GP dans ce pays. 
8/8 Le Grand Prix d'Inde est vécu comme un test pour prouver que le pays peut accueillir des événements internationaux, comme la Chine avec ses JO de Pékin. Un deuxième circuit, près de Bombay, est déjà à l'étude pour 2014-15. PRASHANTH VISHWANATHAN / GETTY IMAGES

L'Inde poursuit son effort pour devenir une nation sportive de premier plan : près du circuit de Buddh, on prévoit déjà de bâtir en pleine campagne (PDF) un stade de cricket de 100 000 places et une arène dédiée au hockey pouvant accueillir jusqu'à 25 000 personnes.