Dakar 2022 : Al-Attiyah égale Vatanen après un rallye endeuillé et marqué par une explosion... Le bilan de la 44e édition

Après deux semaines de compétition intense, le prestigieux rallye-raid a rendu son verdict vendredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Nasser Al-Attiyah célèbre sa victoire sur le Dakar, le 14 janvier 2022 à Djeddah en Arabie Saoudite. (FRANCK FIFE / AFP)

Rideau ! Après douze étapes, il est l'heure de tirer le bilan du Dakar 2022, achevé vendredi 14 janvier en Arabie Saoudite. Si le suspense a été total chez les motos avant la victoire finale de Sam Sunderland, ce fut nettement moins haletant en autos où Nasser Al-Attiyah n'a laissé que des miettes à la concurrence. À noter également le premier sacre d'un Français en quad : Alexandre Giroud. Retour sur les principaux temps forts de cette 44e édition du Dakar.

Le début du Dakar gâché par une explosion

La première semaine du Dakar a été marquée par l'explosion d'un véhicule d'assistance, le 30 décembre, avant même le début de la course. Le pilote touché, Philippe Boutron, a été grièvement blessé et rapatrié en France. Il est, depuis, sorti du coma. Si la sécurité autour du rallye-raid a été "renforcée" à l'issue de l'incident, celui-ci a soulevé de nombreuses questions. Les autorités saoudiennes ont privilégié la thèse d'un accident mais en France, le parquet national antiterroriste s'est saisi six jours plus tard pour enquêter..

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a même laissé planer l'hypothèse d'un arrêt de la course, le 7 janvier. Le directeur du Dakar, David Castera, s'est montré rassurant quelques heures plus tard. Mais les suites de l'enquête seront très attendues, pour déterminer l'origine de cette explosion.

La course endeuillée

Le Dakar s'est conclu tristement, vendredi, avec l'annonce du décès d'un mécanicien français, Quentin Lavallée. Le jeune homme âgé de 20 ans a perdu la vie dans un accident de la route en marge de la dernière étape de la course en Arabie Saoudite. Il était 11h30 lorsque son véhicule d'assistance s'est engagé dans une liaison et a heurté un camion civil.

Al-Attiyah, seul au monde en auto devant Loeb

Il est encore loin des huit sacres de Stéphane Peterhansel en catégorie autos, mais Nasser Al-Attiyah rentre peu à peu dans l'histoire du Dakar. Après 2011, 2015 et 2019, le Qatari accroche une quatrième victoire à son palmarès, égalant Ari Vatanen. Un succès décroché avec plus de 27 minutes sur son dauphin Sébastien Loeb. Si Al-Attiyah n'a remporté "que" deux étapes, il a rapidement pris le large sur la concurrence. 

"Ce Dakar a été fantastique. La dernière victoire remontait à 2019. Nous avons fait du bon travail avec Mathieu -Baumel, son copilote- et l’équipe. Nous étions en bonne forme", a déclaré le vainqueur à l'issue de la dernière étape. "C’était très important pour moi de gagner en Arabie Saoudite. Nous avons essayé deux fois et nous avons terminé deuxièmes. Je suis très heureux d’avoir enfin gagné."

Même s'il termine loin de la victoire, Sébastien Loeb a été un des animateurs de la course. Avec deux scratches (victoires d'étapes) et quatre podiums, le pilote Bahrain Raid Xtreme a pris son pied. Le nonuple champion du monde WRC a ainsi parlé, à plusieurs reprises, de "plaisir". Bien sûr, Loeb aurait aimé décrocher une première victoire sur le Dakar. Mais avec un troisième podium, après 2017 et 2019, l'Alsacien titille les sommets.

Stéphane Peterhansel, la tuile

Au moins, Stéphane Peterhansel a vite été fixé sur son sort. Accidenté lors de la première étape autos, le 2 janvier, avec un train arrière arraché, le tenant du titre a été déclaré hors-course dans la foulée. Le pilote français, tout de même autorisé à poursuivre l'épreuve, a donc concouru l'esprit léger. Sans pouvoir remporter un 15e Dakar en carrière.

Ce qui ne l'a pas empêché de décrocher un 81e scratch, lors de la 10e étape. "Je n'échangerais pas une victoire scratch [...] contre une victoire au général, c'est sûr", indiquait-il tout de même à l'issue de ce succès. À noter qu'il a été privé d'une deuxième victoire par Henk Lategan sur l'ultime étape.

"C'est une grosse déception mais ça fait partie du sport mécanique", déclarait Peterhansel au soir de son couac. De quoi l'avoir mauvaise pour l'octuple champion autos, qui s'attendait plutôt à voir une défaillance de son moteur hybride. Le pilote de 56 ans l'a plutôt jouée collectif, se satisfaisant par la suite des succès de ses coéquipiers d'Audi, Mattias Ekström et Carlos Sainz. 

Alexandre Giroud premier vainqueur français en quad

Il n'avait jamais fait mieux qu'une quatrième place (2019). À 40 ans, Alexandre Giroud (Yamaha) est devenu le premier vainqueur tricolore en quad. Il remporte l'édition 2022, 25 ans après que son père Daniel est devenu le premier à rallier l'arrivée sur ce type de véhicule.

Contraint à l'abandon l'année passée, l'Isérois a devancé l'Argentin Francisco Moreno (Drag'On Rally Team) et le Polonais Kamil Wisniewsi (Orlen Team).

Alexandre Giroud est devenu le premier Français à remporter le Dakar en catégorie quad, vendredi 14 janvier, en Arabie-Saoudite. (FLORENT GOODEN / DPPI / AFP)

En moto, le suspense jusqu'au bout

Il a fallu attendre la toute dernière étape pour mettre un nom sur le vainqueur de cette édition. Le Dakar 2022 en catégorie moto a été particulièrement mouvementé. C'est finalement Sam Sunderland, leader du général pendant la première semaine, qui l'a emporté.

Il a repris la veille de l'arrivée la première place à son beau-frère, le Français Adrien Van Beveren. Ce dernier a tout perdu avec une modeste 14e place lors de l'étape onzeUn scénario frustrant pour le Tricolore, qui termine le Dakar au pied du podium, à plus de 18 minutes du vainqueur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sébastien Loeb

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.