Rallye Monte-Carlo : Isabelle Galmiche, première femme copilote victorieuse depuis 1997

La copilote de Sébastien Loeb a mis fin, dimanche, à 25 ans d'attente pour voir une femme copilote s'imposer.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Isabelle Galmiche, copilote de Sébastien Loeb lors du rallye de Monte-Carlo, le 23 janvier 2022. (VALERY HACHE / AFP)

"Une histoire de dingue" : la Française Isabelle Galmiche, copilote de Sébastien Loeb au Rallye Monte-Carlo avec M-Sport Ford, est devenue, dimanche 23 janvier, la première femme à gagner une manche du Championnat du monde (WRC) depuis 1997.

"C'est une histoire de dingue, je ne sais pas quoi dire. J'étais déjà super contente de venir ici avec Seb, et puis on gagné", a réagi Isabelle Galmiche sur le port de Monaco dimanche, après leur victoire devant Sébastien Ogier et Benjamin Veillas (Toyota).

"Des rallyes j'en ai fait beaucoup, mais comme ça là... Même si je ne voulais pas me mettre la pression je l'avais quand même", a continué la copilote de 50 ans, qui depuis jeudi et le début de son premier rallye au plus haut niveau ne lâche pas son sourire.

Connexion rôdée avec Loeb

"Avec ce genre de voiture, c'est vraiment difficile pour les copilotes. Elle avait beaucoup de choses à dire tout le temps et elle avait un rythme parfait. Bien sûr elle a une grande expérience en rallye en France, mais en WRC tu as beaucoup plus de choses à assimiler", a rendu hommage son pilote après la victoire.

Galmiche et Loeb se connaissent depuis longtemps, et la Française avait déjà accompagné le nonuple champion du monde de 47 ans lors de nombreux essais. Alors quand Loeb et Daniel Elena, son copilote de toujours, se sont séparés, l'Alsacien n'a pas hésité : "Il m'a dit 'voilà, j'ai une petite question à te poser. Quand Daniel va arrêter, est-ce que tu es d'accord pour partir avec moi?' Là ça a été instantané, oui bien sûr !", a-t-elle rejoué.

Professeure de mathématiques au civil

"Sur le coup je me demandais si c'était une vraie question ou une blague", s'est-elle amusé. "Isabelle, c'est la copilote avec qui j'ai le plus roulé, excepté Daniel. Donc elle connaît mes notes, on est habitués à être ensemble. Elle est très passionnée, c'est une amie et je sais qu'elle sera très heureuse d'être avec moi", avait expliqué Loeb, mercredi.

Dimanche, quand Galmiche répondait aux questions en zone mixte, le patron de M-Sport Malcolm Wilson est venu interrompre la session : "Il y avait deux stars dans l'équipe avec Isabelle !". "Non non, une seule star !", a repris celle qui, dès mardi, reprendra son travail de professeure de mathématiques pour adultes.

En attendant, elle signe des autographes. Elle ne réalise pas encore mais savoure, comme elle le faisait en course. Etait-ce cela, la clé, le plaisir ? "Carrément, carrément ! C'est vraiment un truc de dingue comme ça va vite, ça va vraiment vite, en sensations je me régale ! Je n'arrête pas de dire merci à Seb. Encore merci !"

Vingt-cinq ans d'attente

Le patron de Toyota, l'ancien pilote Jari-Matti Latvala, vient aussi la féliciter, et rappelle qu'elle est la première femme copilote à s'imposer depuis 1997 et l'Italienne Fabrizia Pons (l'ancienne partenaire de Michèle Mouton s'imposait alors avec Piero Liatti).

Galmiche suit aussi les traces de Michèle Espinosi-Petit. Connue sous le surnom de "Biche", elle avait notamment gagné avec Jean-Claude Andruet la toute première manche du Championnat du monde des rallyes en 1973. Ici-même à Monte-Carlo. "On m'a dit que ça faisait longtemps qu'il n'y avais pas eu de femmes, 1997 c'est vrai que ça commence à faire, du coup c'est cool ! ", a-t-elle relevé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rallye

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.