Rallye de Monza : Sébastien Ogier, renversant en Italie, s'impose et remporte un 7e titre en WRC

Renversant, Sébastien Ogier (Toyota) a remporté à Monza, en Italie, sa 49e victoire en Championnat du monde des rallyes, lui permettant ainsi de décrocher son septième titre WRC. Pourtant, avant cette septième et dernière manche de la saison, la tâche semblait quasi-impossible, Elfyn Evans (Toyota) étant en avance de 14 points en tête du classement général. Mais, sûr de ses forces sur des routes difficiles et enneigées, le Français a tenu bon avant de pousser à la faute son rival gallois.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Sébastien Ogier et Julien Ingrassia sur le podium de Monza (MIGUEL MEDINA / AFP)

Il l'a fait ! Et alors, de quelle manière... Avant ce 7e et déjà dernier rallye du Championnat du monde, à Monza en Italie, Sébastien Ogier (Toyota) était clairement mal embarqué pour chiper à son coéquipier Elfyn Evans, leader du WRC avec 14 points d'avance, un titre qui avait semblé lui échapper depuis le rallye de Turquie, mi-septembre, où il avait abandonné sur casse mécanique. Mais c'était sans compter sur l'abnégation et l'expérience du Français, remonté comme jamais sur et autour du célèbre circuit de F1 pour aller décrocher une septième couronne mondiale.

Le natif de Gap a en effet mis une pression de tous les instants sur son rival britannique, notamment durant la journée de samedi qui se déroulait en partie en montagne, et sur des routes souvent enneigées. Une stratégie clairement payante pour le pilote des Hautes-Alpes, très à l'aise dans ces conditions, puisqu'Evans a finalement craqué en sortant de la route durant la 11e spéciale et hypothéquant, dans le même temps, quasiment toutes ses chances de sacre mondial. Ce dimanche, Sébastien Ogier n'avait donc plus qu'à finir le job. Et à 36 ans, l'homme aux désormais 49 victoires (2e meilleur pilote de l'histoire du WRC derrière Loeb à 79, ndlr) n'a pas pas failli. Bien au contraire.

De l'ombre à la lumière

Le Français, toujours accompagné de son copilote Julien Ingrassia, a encore accru son avance au cours des trois spéciales du jour pour finalement l'emporter tranquillement devant Ott Tänak (Hyundai, +13.9) et Dani Sordo (Hyundai, +15.3), bouclant également la Power Stage et ultime spéciale en 7e position. Un succès aussi renversant qu'historique puisque le Français, qui fêtera ses 37 ans le 17 décembre prochain, s'impose définitivement comme le plus grand pilote de rallye derrière son compatriote et ancien rival Sébastien Loeb (9 titres en WRC, ndlr). Pour autant, le plus jeune des deux Sébastien, sacré à l'occasion du dernier rallye de la saison pour la deuxième fois de sa carrière après 2018 en Australie, n'est plus dans l'ombre de son aîné.

S'il lui reste encore un petit bout de route pour prétendre au même statut que Loeb, Sébastien Ogier s'est construit un palmarès presque aussi ahurissant, faisant désormais de lui une véritable légende des rallyes. Bien loin devant les autres grands noms de la discipline que peuvent être Tommi Mäkinen (4 titres, 24 victoires), Carlos Sainz (2 titres, 26 victoires) ou encore Colin McRae (2 titres, 25 victoires), il est devenu le deuxième pilote en WRC à avoir été sacré avec trois constructeurs différents (Volkswagen, M-Sport et Toyota) après l'illustre Juha Kankkunen (Peugeot, Lancia et Toyota). Alors que Sébastien Ogier avait d'abord annoncé vouloir en finir cette saison, il sera bel et bien de la partie l'année prochaine, la crise sanitaire l'ayant poussé à revoir sa position. L'occasion pour lui de s'approcher, toujours plus, des neuf sacres de Sébastien Loeb. Avant de le rejoindre, un jour peut-être, tout en haut du panthéon ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rallye

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.