Formule 1 - GP du Portugal : les quatre choses à savoir

Lutte à tous les étages, tracé particulier, franchissement de ligne... voici les clés du Grand Prix du Portugal à Portimão.

Article rédigé par
Loris Belin - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Lewis Hamilton et Max Verstappen vont une fois de plus être en duel lors du GP du Portugal. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Pour cette troisième manche du championnat du monde de Formule 1, tous les voyants sont au vert pour assister à un joli spectacle sur le circuit du Grand Prix du Portugal. Si les essais lanceront les hostilités vendredi 30 avril, la course, dimanche, s'annonce excitante à plus d'un titre, notamment avec le duel encore attendu entre Lewis Hamilton (Mercedes) et Max Verstappen (Red Bull). Focus sur les clés de ce Grand Prix qui se disputera à Portimão.

Verstappen-Hamilton, lutte pour le podium et les points… il va y avoir le feu sur la piste !

Les deux premiers Grands Prix de la saison ont livré bien des promesses pour lancer cet exercice 2021. Le duel aux avant-postes entre Lewis Hamilton et Max Verstappen devrait reprendre de plus belle. Le champion du monde anglais avait survolé la course au Portugal en 2020, décrochant sa 92e victoire en carrière l'an passé, et le record historique de Michael Schumacher. Mais Verstappen et Red Bull ne comptent pas se laisser faire après s'être montrés à la hauteur à Bahreïn et à Imola.

Derrière les deux hommes de tête, la lutte s'annonce tout aussi intense. Le coéquipier de Lewis Hamilton, Valtteri Bottas espèrera faire oublier sa dernière prestation désastreuse en Italie, hors du coup avant de finir dans le décor à la suite d'un crash avec la bien plus modeste Williams de George Russell. Le Finlandais en-dedans, les autres prétendants ne se feront pas prier. Le Britannique Lando Norris (McLaren) pourrait enchaîner un nouveau bon résultat après avoir signé deux Tops 4.

Mais les Ferrari de Charles Leclerc et Carlos Sainz progressent, alors que Portimão avait plutôt souri aux deux hommes la saison passée : le jeune Monégasque avait terminé quatrième, alors que Sainz avait un temps mené la course après un départ canon sous le crachin. L'autre Red Bull de Sergio Pérez, les Alpine de Fernando Alonso et Esteban Ocon, les Aston Martin – qui devraient profiter de nombreuses évolutions techniques ce week-end – ou encore le Français Pierre Gasly (AlphaTauri, 5e en 2020 au Portugal) sont autant de solides candidats aux points.

Après la pause, le calendrier accélère

Avec 23 Grands Prix à disputer, les temps de pause sont bien peu nombreux. Après deux premières courses disputées en cinq semaines, le Grand Prix du Portugal va donner le coup d'envoi des back-to-backs, ces enchaînements de rendez-vous coup sur coup.

Dans une semaine, tout le monde se retrouvera non loin de Portimão, pour le Grand Prix de Barcelone, en Espagne. En à peine un mois, les équipes vont disputer quatre courses, le début d'un rythme effréné qui ne se calmera pas avant août, prochaine trêve de trois semaines prévue au calendrier.

Portimão, un petit nouveau "à l'ancienne"

Apparu dans le calendrier la saison passée pour compenser les annulations hors Europe à cause du coronavirus, le circuit de Portimão a immédiatement convaincu tout son monde. Pilotes, spectateurs, spécialistes… difficile de trouver les sceptiques face au tracé de l'Algarve, qui piaffait d'impatience, se contentant d'essais privés depuis sa création en 2008.

Portimão offre une belle alternance avec les derniers circuits modernes, plus rectilignes et plats. Au Portugal, les pilotes se lancent sur des montagnes russes, avec des montées et descentes quasi incessantes, et des sommets de virages en aveugle. Ce n'est pas non plus Spa-Francorchamps et son célèbre Raidillon de l'Eau Rouge, mais c'est tout de même bon pour le spectacle !

Paradoxe lusitanien : l'apparition de ce tracé dans le calendrier ne fait pas les affaires des anciens du paddock. Fernando Alonso a ainsi expliqué n'avoir quasiment jamais roulé à Portimão hormis de courts essais dans des conditions humides.

Après les polémiques, la FIA va sévir sur les escapades hors-piste

C'est un des grands débats du début de saison. Lors des deux premiers Grands Prix de la saison, les pilotes ont utilisé la totalité de la piste qui leur était offerte… et même un peu plus. Cela avait provoqué la colère de Max Verstappen, frustré de devoir rendre la place à Lewis Hamilton à Bahreïn alors que d'autres voitures avaient usé du même stratagème tout le week-end.

Mais, cette fois, la Fédération internationale de l'automobile semble vouloir éviter les incompréhensions. Les instances de la F1 seront moins permissives et ont déjà annoncé que les trajectoires des voitures sur trois des virages du circuit seront scrutées de près.

Si une monoplace franchit intégralement les limites de la piste, le temps au tour sera systématiquement annulé, une récidive pouvant entraîner une pénalité. La sortie du dernier virage sera encore plus punitive : non seulement le tour concerné sera annulé mais également le suivant.

Cela pourrait avoir de sérieuses conséquences lors des qualifications, où certains audacieux pourraient payer cash leurs coups de poker. L'an passé, pour la découverte du circuit par le paddock, pas moins de 125 chronos avaient dû être annulés après que des pilotes ont un peu trop recherché la trajectoire la plus rapide.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.