MotoGP : "Je me suis poussé jusqu'à la limite", savoure Fabio Quartararo après sa victoire au Grand Prix du Portugal

Le champion du monde en titre a décroché son premier succès de la saison, dimanche à Portimao. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Français Fabio Quartararo célèbre sa victoire sur le Grand Prix du Portugal, dimanche 24 avril.  (GABRIEL BOUYS / AFP)

De la joie... et du soulagement ! Après quatre Grand Prix sans victoire, la pression s'accumulait sur les épaules du champion du monde en titre, Fabio Quartararo (Yamaha). Le Français a répondu idéalement avec un succès éclatant au Portugal, dimanche 24 avril.

Parti en 5e position, le Français a réussi un départ canon avant de prendre la tête dans les premiers tours. "Je me suis poussé jusqu'à la limite, a expliqué Fabio Quartararo au micro de Canal+. J'ai poussé pareil à Austin (7e) et en Argentine (8e) mais ici, les réglages étaient bons, la ligne droite moins longue, on avait une bonne adhérence. Dès le warm-up, je me sentais vraiment très bien."

De retour en tête du championnat

Première victoire de la saison également pour Yamaha, dans un championnat jusque-là dominé par les Ducati d'Enea Bastianini (deux victoires) et Aleix Espargaro (une victoire). "Je me disais qu'en étant derrière les Ducati, on allait avoir beaucoup de mal, mais finalement on l'a fait, a souligné Quartararo. C'est la première victoire de la saison et c'est très important pour moi de ne pas abandonner." Ce succès lui permet de prendre la tête du championnat du monde, à égalité avec Alex Rins (Suzuki, 69 points). 

Derrière lui, son compatriote Johann Zarco (Pramac Ducati). Parti en pole position, le Français a accusé le coup au départ avant de se replacer derrière Quartararo. "Je suis plutôt content, a-t-il indiqué à Canal+. J'ai été très impressionné par Fabio, il a été tellement rapide au début." Malgré ce mauvais départ, Zarco s'est accroché : "C'était très important d'être au moins troisième, donc je suis resté derrière Mir pour avoir du rythme. Et puis, j'ai réussi à le doubler". Un résultat satisfaisant, mais avec forcément un arrière-goût amer. "Une victoire française c'est bien, mais ce n'est pas la mienne." a-t-il conclu, sourire aux lèvres. Il est toujours en quête d'une première victoire en MotoGP dans sa carrière. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Moto

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.