MotoGP : Fabio Quartararo bute sur Francesco Bagnaia, intouchable au GP d'Espagne

L'Italien Francesco Bagnaia a retrouvé des couleurs en s'imposant, dimanche, au GP d'Espagne à Jerez devant Fabio Quartararo.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Francesco Bagnaia (Ducati) était intouchable, dimanche 1er mai 2022, lors du GP d'Espagne à Jerez. (JORGE GUERRERO / AFP)

Après sa pole record samedi, Francesco Bagnaia a poursuivi sur sa lancée en livrant une partition parfaite, dimanche 1er mai, au Grand Prix d’Espagne MotoGP. Mis sous pression par la Yamaha de Fabio Quartararo, le pilote Ducati n’a jamais baissé le pied et s’est imposé avec autorité pour son premier podium de la saison. Le Français n’a pas tout perdu et repart d’Andalousie avec une première place au championnat du monde confortée. Aleix Espargaro (Aprilia) complète le podium. Johann Zarco (Ducati Pramac) a lui chuté dans le 9e tour.

Jamais plus d’une seconde d’écart mais jamais menacé directement. Sous une pression quasi constante de Fabio Quartararo, "Pecco" Bagnaia a répondu aux critiques sur son début de saison mitigé. Son premier podium de l’année n’est autre qu’une victoire de prestige sur le tourniquet de Jerez. Sa Ducati parfaitement placée à l’extinction des feux, l’Italien a roulé à la perfection pour éviter toute tentative de dépassement du Français, bien calé dans ses échappements pendant le premier tiers de la course. 

S’il a fini avec "El Diablo" dans sa selle (+0''285), Bagnaia s’est tout de même donné un peu d’air pendant une quinzaine de tours en roulant souvent un peu plus vite que la Yamaha. Encore en convalescence après une blessure à l’épaule, l’Italien lance sa saison avec un "hat-trick" pole-victoire-meilleur tour en course. "C’était très compliqué depuis le début de la saison", a reconnu Bagnaia au micro de Canal+. "Tout s’est bien combiné depuis Portimao. Fabio était imbattable ici normalement donc on a fait un super boulot."

Quartararo seul leader au championnat

Loin au championnat du monde des pilotes, Bagnaia (56 pts) n’est pas encore une menace pour Quartararo (89 pts) qui prend seul la tête du classement après le mauvais week-end d’Alex Rins, hors des points en Espagne. "C’était une course très difficile", a reconnu le Français. "Pecco est bien parti et a fait une super course. J’ai essayé de le doubler dans le premier tour mais il était super rapide. J’ai pu maintenir l’écart mais on a roulé très fort tous les deux. Ce n’était pas une bagarre car on ne s’est pas dépassé mais c’était très intense aujourd’hui." Jamais vraiment en mesure d’effectuer un dépassement, le champion du monde en titre n’a pas grand-chose à regretter et donne déjà rendez-vous à ses fans au GP de France au Mans (le 15 mai, 14 heures).

À plus de dix secondes derrière le duo de tête, on s’est battu pour la 3e marche entre Miller (Ducati), Marquez (Honda) et Espargaro (Aprilia). Longtemps figée, la bagarre s’est décantée à 5 tours de la fin quand Marquez a enfin pu dépasser Miller. Mais une petite faute dans le virage suivant a permis à Espargaro de chiper le podium à son compatriote pour ne plus le lâcher. Voilà le pilote Aprilia deuxième du championnat à seulement 7 pts de Quartararo. Mauvais week-end pour Johann Zarco qui, après un mauvais départ, a chuté lors du 9e tour.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Moto

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.